Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 13:18

 

 

 

 

 

Que ma pensée s'envole

Dans l'espace du temps

Quand mon ciel s'obscurcit

Au creuset de mon coeur...

 

Je ne meurs pas de soif

A l'ombre des fontaines,

Et sème mes sourires

Au monde tout entier...

 

Mais laissez-moi partir

Dans un vent de légende

Avec son poids de ciel

Aux parfums de lavande...

 

N'existe plus le jour

Aux couleurs de l'automne,

Les lys dont la douceur

Eveille le matin

 

Que le rire des fleurs 

Apaise tes regrets...

Je ne veux pas de billes,

Et non plus d'émeraudes...

 

Dussé-je partir

Avec mes yeux mouillés,

Sur mon navire à quai,

Je jetterai des roses...

 

Et dans mon souvenir

Vous laisserai mon coeur...

 

Fidèle à mon amour,

Mon navire m'attend.

Je monterai à bord,

Dégrisé de coca, de bière,de limonade,

Et non de ce whisky et de cette vodka

Dont je ne me passe pas...

 

                                                 Joseph AMOROS

                                             9 mars 2017

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 18:14

 

 

 

 

 

 

 

Le port de ma dernière chance

 

Dans les promesses de mes rêves

Mon cœur a chaud de souvenirs

J’irai dans tous les ports du Monde

Chanter le nom de mes navires

Et mon Dieu, que la Terre est ronde !

 

J’écouterai hurler le vent

De l’Horn à la Bonne Espérance,

Retrouver tous les océans,

Le port de ma dernière chance…

 

Chaque heure a ses secrets,

Ses chagrins, ses silences…

J’entends les trompettes du ciel...

Qu’est devenue l’Humanité

A-t-on perdu le temps d’aimer ?

 

Une vie de Paix et d’Amour

Qui soit de douceur et de rêve,

De tendresse et sensibilité,

Les yeux toujours sur l’océan,

L’âme sur ma terre oubliée…

 

Une vie à perte d’infini

Un ciel aux couleurs irréelles,

Des milliers d’étoiles dans la nuit

Qui dansent une ronde éternelle…

 

Nos voix se perdent dans le vent,

Un voile noir cache la lune,

Le mât de hune dans la brume,

Que sont devenus mes vingt ans ?

Mon cœur d’inépuisable offrande

Qui s’ouvrait à mes amitiés…

 

Qu’une source m’appelle

Aux confins d’une attente

Et le ciel m’offre à boire

Aux défis de l’orage…

 

Que sont devenues mes errances

Qui se lovent dans ma mémoire

Et les regrets de mes silences…

 

D’ invisibles sillages

S’ouvrent à mon étrave

Qui fend l’eau de la nuit …

 

Dans le ciel se signent les mâts,

Les matelots parlent de cales,

D’ombres, de cyclones et d’escales,

De cris, d’étraves et de temps…

 

L’Eternité perdue me donne

Des vertiges à chercher mes bateaux

Dans de vagues horizons…

 

      

                                   Joseph AMOROS

                                   6 décembre 2016

 

 

« S/S Schiaffino »

Alger

9 Juin 1953

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 13:35

 

 

 

 

Dans les ténèbres de l'Atlantique

On sent comme un froid dans le dos...

Les lames éclatent sur l'écume,

Un phare s'allume dans la nuit...

 

Un cargo à trois quarts devant,

Les vagues dansent à l'infini,

On tangue et roule comme en enfer

De mille orgues sous la mer...

 

Mon coeur lavé de pluie

Attend son port d'attache

Sur l'ardoise du ciel

La nuit vient de tomber...

 

L'odeur du Havre n'est pas loin,

Et moi, je n'ai rien d'un veilleur

Quand le sommeil enfin me gagne

Dans le velours du soir

Piqué d'étoiles qui se cachent,

D'interminables cauchemars

Me rappelant l'exil

D'une nuit de "Mea Culpa"

Joignant les mains

Comme à la Messe,

Et qui me poursuivent toujours

Lorsque s'entrouvrent mes paupières...

 

Avant que le jour ne se lève

Je cherche d'où me vient le vent,

Qui court à la fuite du Temps

Dans la brume et sur nos sillages...

 

La mer se rue sur mon étrave

Et dans le silence des mots,

On crie sur le gaillard d'avant

Où la houle monte sur les ponts.

Et toutes les Fontaines du Ciel

Coulent sur nos ponts de soupirs :

(rien à voir avec Venise !)

Les miens et ceux des compagnons...

 

De cuisants souvenirs

Nous attendent demain...

La chance, le hasard, qu'importe !

Dans le silence de la nuit

Un ciel privé d'étoiles,

Le silence d'un murmure

Chargé d'amour et d'émotion,

Dans lequel nous avons vécu heureux 

Le bonheur de vivre...

 

En remontant les sources,

Mes vers culbutent sur des effusions

D'angoisses, d'espoirs et de plénitude...

 

Les reflets d'un amour sublime

Habitent les étoiles,

Mais restent à jamais ancrées

dans ma mémoire et dans mon coeur...

 

La mer est grosse,

Nous rejoignons nos couchettes

Avant d'assurer notre quart...

 

Contre vent et marées,

L'ouragan est passé

En approchant la Manche...

Le Havre nous attend.

Des grains violents de pluie

Tombant sur notre pont....

 

Et si vous me le demandiez,

Non ! Je n'ai jamais rencontré

Le "Hollandais Volant"

Je vous assure !

 

La mer est lointaine pour moi,

Pour retrouver mes quarts

Je n'ai que mon balcon,

Ciel d'encre, peut-être,

Mais pas de cloche

Sinon celle de mon église.

 

Et la ville de Lyon à mes pieds !

 

   

                                   Joseph AMOROS

                        01/09/2016

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 14:50
Les confins de l'univers

 

 

 

Les confins de l'univers

 

Mon cœur et mon esprit s'égarent

mais une voix m'habite

dans le silence et dans l'effroi

d'impalpable et d'incertitude...

Mais restez à bord

de mes pensées :

 

Ce monde qui m'entoure

a-t-il besoin de moi ?

Quelle est sa réalité

sa cause, son existence,

ma céleste et Divine recherche ?

 

Les êtres de cette terre

ne sont pas éternels,

ils existent, on les voit

et leur langage ne nous trompe pas...

 

Dotés d'une connaissance,

d'une conscience, de mémoire,

ils espèrent une éternité,

mes rêves ou hallucinations

contrôlent mes pensées;

aussi vrai que la terre

tourne autour du soleil,

le ciel, la mer, les vagues,

mais aussi, la brise, la pluie,

le vent, d'où cette symphonie

inachevée...

 

Mes cauchemars parfois

envahissent mes nuits

alors qu'à mon réveil

tous les reflets du ciel

se trouvent dans mes yeux...

 

Délaissons les instants

oubliés dans le temps :

Le présent, le passé

chauds de souvenirs et d'espoirs

qui reviennent dans ces demains

qui chantent

L'ombre du crépuscule

adoucit ma douleur,

ce mélange de solitude

et d'irréelles et intimes

angoisses...

Dans un ciel d'émeraude,

un vol de goélands, fuyant

majestueux sur mes sillages d'or,

J'embrasserai la brise

et la lune si elle se levait,

de même que je laisserai

dans une tempête

voler mes poèmes à fleur

de peau...

Ces poèmes qu'engendrent

pour moi une mélancolie

et un romantisme inspiré...

 

Qu'est devenu le siècle des lumières,

le soleil brillera toujours,

je préfère vivre à mon époque

et penser au bonheur d'aimer :

joies, rêves, fantasmes

chargés d'émotions...

S'attacher en quelque sorte

à l'universelle condition de la vie

et colorier son existence

d'un vécu dans lequel

on se sent intégré...

Mais la nuit ne va pas tarder à tomber...

 

Dans une forêt de mots

se perdent les étoiles

à deux pas de mon cœur

Je n'entends plus la mer...

Suis-je dans les Sargasses ?

Dans les confins de l'univers

il est de fascinants rivages,

     Mais,

L'éclatante beauté

d'un port au crépuscule

auquel nous sommes attachés :

 

ROUEN, te souviens-tu de moi ?

 

 

                                             Joseph AMOROS

                                                     14 août 2016   

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 08:55

 

 

 

J'ai longtemps navigué
Dans la brume des jours,
Et dans celle des temps
Le soir en passerelle
Tendant l'oreille à chaque bord
Sous le vrombissement des machines,
Sirène hurlant dans le brouillard...

Aujourd'hui...

Mille et un crépuscules

Descendent à l'horizon

Et les jours qui déclinent aux ombres de la nuit...

Derrière les nuages

Aux routes éternelles

Existe un Univers

Que l'on ne connaît pas.

 

Alors, je crois

Aux choses de toute une vie,

Aux larmes de l'amour,

Du bonheur, de la joie de vivre...

 

Je crois aux mots qu'on dit tout bas

Avec son âme et sa tendresse,

A l'impossible d'un monde bleu,

D'une vie où tout recommence,

Où dorment tous nos souvenirs ...

 

Je crois à cet amour

Que je porte en mon coeur,

Et à sa douce image

Qui ne me quitte pas,

A l'escorte de sa mémoire,

Au ciel infini de ses yeux

Quand je m'égare dans les étoiles...

 

Qu'importe qu'il vente, qu'il neige

Sous des ciels mouillés et froids....

 

Je tournerai les pages des jours,

De mystères, de chagrins consolés

Alors que dans mon âme

Brûlent des arcs-en-ciel,

Que les mers emportent les coquillages

Sur des plages d'ennui,

De pleurs, de joie et d'allégresse

Et sur nos longs chemins de vie...

Qu'importe que les vents effacent tous nos rêves,

Et que mes nuits se privent d'étoiles

 

Si je garde

Dans mon coeur

Un peu d'éternité !

 

   Joseph AMOROS

   12 mars 2015

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 13:17

 

 

Le-phare-au-soleil-couchant.jpg

 

N'oublie jamais

La mer promise,

Elle sera toujours ton Eden

Aux couleurs de voyages,

Et de paillettes d'or

Dans le fond de ton coeur...

 

La nostalgie d'un temps

D'aubes et de rêves oubliés,

pavoisés d'ombres et de soleils,

De plages et d'îles de mystères

Mouillées de brumes et de pluie...

 

De phares qui jamais ne s'allument,

Et dont tu ne sais plus les noms...

 

Des bateaux sans mâtures

Hantent tes cauchemars

Sous les cieux tourmentés

Des basses latitudes

sans cartes, ni compas

Aux vents de l'aventure...

 

Loin des quais silencieux

Des aussières larguées

Pour d'autres continents

Aux ports scintillants de lumières,

Les étoiles du ciel

S'éloignent sans rien dire,

De l'infini des mers

Et l'écho de tes pas

Qui lui sont étrangers...

 

Alors,

 

Si des larmes d'amour

Viennent au creuset de tes yeux

En évoquant ces souvenirs,

 

Laisse tes ports et tes navires

Dormir à l'ancre de ton coeur !

Jusqu'à ... demain,

Si tu le peux !

 

 

                                   Joseph AMOROS

                                    27 octobre 2014

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 18:13

 

      coucher-de-soleil.74136

 

Tu rêves chaque soir

de l'autre bout du monde

Où tu n'es pas allé,

Aux détresses des vents,

Des routes solitaires

Aux écharpes de ciels

Et des troupeaux d'étoiles

de tes anciens rivages

Qui te sont étrangers,

 

Du temps, t'en souviens- tu 

Où flambait l'espérance

Aux versants de tes pleurs ... ?

 

Alors tu continues d'écrire

Sur les sillages de tes vers

Tes souvenirs d'escales,

Feux follets de tes nuits

Où glissent doucement les voiles de tes rêves ...

 

Et tu entends chanter

Le crissement des mâts

Des navires sans nom

Qui fuient dans ta mémoire

Comme barques de sel ...

 

Sous les ombres des ports

Où dort notre jeunesse,

J'entends encor monter

Des chants d'Eternité ...

 

 

                                        Joseph  AMOROS

                                     20 septembre 2014

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:47

 

decorations-murales-tableau-de-sables-naturels-non-tein-762.jpg 

 

Sous un ciel délavé

A chevaucher des rêves

De ressacs et de vents...

 

Les feux des navires qu'on croise,

Rouges, verts, babord, tribord

Jusques aux pontons de ces ports

Qui me rappellent ma jeunesse

Toute en cinémascope couleurs...

 

Ces quarts en passerelle

Que je n'ai jamais oubliés

Avaient un tel enchantement

Que chaque port était promesse

D'amours, de joies et de bonheur...

 

Il nous réservait des instants

de solitude romantique

Qui souvent nous étaient donnés....

 

J'ai longtemps goûté aux plaisirs 

de la mer


A celui de voir une étoile

Dans la brume et le soleil se lever

Sur l'immensité marine

de notre vaste Monde...

 

Dans le hamac du temps

Des escales magiques

se sont lovés mes ans

Sans jamais quitter

Cette passerelle

A laquelle je suis attaché :

 

Comme à l'amour,

La tendresse,

et l'émotion du souvenir...

 

 

 

                                             Joseph AMOROS

                                   7 Mai 2014

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 20:59

 

 

 

 

 

      téléchargement (1)

 

 

 

 

 

Il neigeait à pierre fendre

Sur Jean Bart, son panache blanc,

Et Dunkerque qui grelottait

N'avait pas eu pitié de moi...

 

Rappelle- toi, c'était hier,

Au cadran de ce souvenir

D'images lourdes de solitudes,

Alors que je viens du pays 

De mer bleue et mille soleils...

 

Et moi qui rêvais de Port- Vendres

Et des chaudes rues de Casa,

Près des ruines du passé, 

Mon coeur se serrait de tristesse :

L'avant- port, darse de la Marine

La silhouette du Beffroi

Et celle aussi de Saint- Eloi

Seules épargnées par la guerre

Avaient attiré mon regard...

 

A l'enseigne du "Point du Jour"

A deux pas du port de commerce

Où des marins chantaient, buvaient,

Moi je m'ennuyais à mourir

Sans Guy* mon compagnon de bord

Qui était de quart ce soir - là,

Pas loin de mon "Saint Valéry"

Qui avait perdu son étrave

Eperonné par un steamer

Tout près de l'île d'Ouessant,

Avant d'aller en Amérique...

 

Les ateliers chantiers de France

Pourront-ils faire un autre "nez"

A mon malheureux "Liberty"?


 

Tombe la neige sur Dunkerque,

Tombe la neige à Coventry

Sa soeur de douleurs et de larmes...

 

Je reviendrai un jour,

Je reviendrai...

 

Pour vos joyeuses traditions,

Pour les banquets de Saint-Martin

Beffroi carillonnant

Et surtout votre Carnaval...

 

Rappelle- toi, c'était hier,

Du temps déjà lointain

Où tu chantais en mer

Et parlais aux mouettes...

 

 

 

 

Dunkerque

Hiver 1947

(*Guy KERGROHEN)

  Joseph AMOROS

      6 mars 2014

 


 

 

 

 


 

 

 

 



Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:59

 

 

 

 

 

naples.jpg

 

Au vent debout ou à la Cape,

Je retrouverai mes seize ans

Dans les rues de Naples ou du Cap

De Gibraltar ou de Durban...

 

 

Mes ports sans joies ou de folies

Partis comme feuilles au vent

feuilles    

A l'aube de mes dix- huit ans,

Coeur debout à Bonne Espérance,

Quand la Table met son couvert

De blancs nuages, et que la mer

Roule son flot, puis recommence...


 

25-2D-8D-A1-AA-E2-E9-AF-08-41-69-31-20-94-28-2A-B1-8A-B0-22

 


 

A vingt ans, 

Baltimore, New-York, l'Amérique

Au coeur même d'un ouragan,

 

baltimore.jpg

 


Puis pompon rouge sur la tête,

Mais le nez toujours à l'évent !

 

pompon 2

 

 

Vent debout plus tard écoutant

Les accords nostalgiques

Du Fado Portugais...


Qui n'a pas vu Lisbonne

Ne sait pas voyager !


Le Tage au crépuscule

a des couleurs magiques !


Tage.jpg

 


 

Amsterdam ressemble à Venise

Sous quatre cent ponts de soupirs


Et les orgues du souvenir

Pleurent aux regrets de la brise...


Amsterdam.jpg

 


 

Pour jouer au contrebandier,

Un jour j'ai quitté mon bateau

Et perdu six mois de salaire

A faire des châteaux de sable

Même sans pelle ni râteau.


 chateau

 

Et puis un grand Amour 

Est entré dans ma vie,

A jamais, pour toujours...

 

coeur.jpg

 

Aujourd'hui, 

 

Au carrefour des ans,

Eclairé d'une étoile,

j'écoute dans la nuit

L'appel du goéland...


 goéland

 

J'entends un boléro,

Une tempête dans ma tête...

 

MAIS QU'IMPORTE

                           LA FUITE DU TEMPS !

 

 

                                Joseph AMOROS

                                     23 septembre 2013



 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur