Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 13:13

 

 

 

 

 

L'Univers est un abri

qui rapidement se reflète dans nos yeux,

même quand notre monde recule

jusqu'à devenir minuscule...

Et notre nuit s'étoile toute

de folles lunes et de ciels bleus...

 

Une rivière coule dans l'ombre

qui de loin se perd dans les ténèbres,

et les tonnerres qui ont fui...

 

Lorsque j'étais enfant

je voulais n'avoir de jouets

qu'un tambour et un cerf-volant,

et ramassais des coquillages...

 

Mais où sont les "Neiges d'Antan" ?

 

Bien que mon étoile ne veuille plus se montrer

je n'ai plus de jouets et mon secret 

du jour, je ne vous le dirai pas

je préfère mille amertumes !

 

Je suis dans mon rêve de pirates,

mais n'ai pas de sabre d'abordage...

Où jeter l'ancre cette nuit?

Si je tombais sur des "lascars"?

 

Des silhouettes bien étranges

ont envahi le gaillard-avant...

Je ne peux ni me cacher, ni fuir...!

 

Enfin, le sommeil me gagne...

Me revoilà sur un bateau

qui tangue dans le vent du Sud...

Des centaines d'années ont passé...

 

"Voiles en vue ! "

Aucun drapeau à l'horizon...!

 

Est-ce un bateau pirate...?

Ou un bateau fantôme?...

 

Que ces forbans se fassent connaître

même s'ils viennent du XVIIème siècle !

 

    Joseph AMOROS

    19 octobre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 18:03

 

 

 

 

La lune épouse l'océan

et ses nuits d'or couvrent le ciel,

le chemin me semble irréel,

sorti des sources du chagrin...

 

Mais quand la mer muette

monte le long des plages enchantées,

là-haut dans l'orient du ciel,

des séraphins perdus

tombent en mille bouquets d'étoiles...

 

Pénétrer profondément l'inspiration

élaborée avec une admiration sensible.

 

Poursuivre le vagabondage

de ce rêve éveillé,

faire naître des images

fleuries d’impressions de rêves…

 

Je me rends invisible

sur un chemin de lumières...

 

L'aube et la nuit ouvrent mon cœur

dans l'intimité de mon âme.

 

Un vent de soupirs cherche à atteindre le port,

alors que je goûte le vent, les choses, le silence...

 

Le ciel tendre de Cherbourg,

blotti dans un coin de mon cœur,

se joue des rires de la mer

jusqu'au bout du monde

et de tout l'univers.

 

 

Joseph AMOROS

30 juillet 2017

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 14:42

 

 

 

Vous souviendrez-vous de moi?

(Je n'ai pas l'âge des châteaux en Espagne)

Alors que j'ai toujours couru

Sur les ponts de tous mes navires

Pour lancer des miettes de pain

Aux oiseaux de toutes les mers...

 

Si je pouvais,

Je monterais dans la dunette,

L'étrave ou le mât de misaine

Pour un plongeon dans l'Atlantique,

Le Pacifique ou la Mer du Groenland :

Un peu froide, quand même ...!

 

Mais je ne marche pas pieds-nus,

L'hiver est là, et j'exagère,

Pas de feu dans la cheminée,

Surtout pas celle du navire

Il ne faudrait pas se méprendre...

 

J'ai des élans dans l'âme

Aux dimensions de l'Infini...

Une source de bonheur en lumière,

De fugitives impressions

De trouble et de mélancolie...

 

Le sommeil me gagne,

 Etirant ses  guirlandes magiques

baignées de soleil et de vie...

 

Souvenirs de moments rares,

De tendresse et d'émotion

Dans cet ouragan Force 12... !

 

Partis du golfe du Mexique,

Dans l'Atlantique, en quittant

Baltimore et New-York,

Accrochés à notre peur,

Les pieds dans l'eau jusqu'aux genoux

Sur notre "Saint-Valéry"

Et retour à Baltimore

Les vagues à l'âme, à la cape,

Pour ne pas sombrer...

 

Nous apprenions par radio

Que plusieurs navires perdaient

Leurs hélices!

 

J'ai toujours eu une passion pour la Mer,

elle était souveraine,

Sereine contemplation

Devant cette mer que j'ai tant aimée...

 

Mais durant quatorze mois

Je n'ai pas mis les pieds

Sur un bateau :

Service militaire oblige : à Khouribga au Maroc

Après avoir débarqué du "Saint-Valéry"

Je n'ai jamais aperçu

Que des chameaux... !    

J'avais alors vingt ans...

 

 

                             Joseph AMOROS

                          12 janvier 2017

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 20:33

 

 

 

Je te salue, Algérie bien- aimée,

Comme on salue la mer, le vent, le soleil et la terre

Qui m'a vu naître,

Et mon amour pour ce village

A jamais tissé de douceur...

 

Que tous les volets clos s'arrachent,

Et que s'éloigne ce temps- là

Ce port ébloui de lumière

Baigné du soleil d'autrefois...

 

Escales et  rivages

Ont passionné ma vie,

Et cette mer éternelle

Aux reflets de toutes les couleurs...

 

Le large, la haute mer

S'attachent à mon regard

De vie, d'amour et de silence,

Dans ces matins d'or et de miel

De brume qui se lève,

 De vent et de tristesse ...

 

Mais j'attends que tombe la nuit

Et que se lèvent les étoiles

Sur les pavés du firmament

Aux mille facettes d'un trésor

D'or, d'argent et de lumière

Qui m'attirent et me repoussent

A la fois...

 

Suffirait d'un moment

De courte certitude

Pour cueillir le soleil

Le prendre, le serrer

Très fort entre mes bras...

 

Connaître sa beauté,

Ses secrets, ses légendes,

L'ivresse de son immensité

D'infini et de silence...

 

J'ai traversé toutes les brumes

Pour connaître la vérité

Aux quatre coins des horizons, 

De latitudes en longitudes...

 

L'océan se déchaîne

Sous un ciel tourmenté

Le temps de fermer mes paupières

Et de commencer mes prières...

 

"Serre, serre les dents, matelot,

Tous les ports nous attendent

Rappelle- moi le tien.

Dis- moi si Brest te fait l'affaire?

J'en parlerai au capitaine,

Et de moi il sera fier !"

 

Mon coeur soupire dans mes rêves

Sur les horizons infinis,

Sous une lune qui se lève

Dans tous ces ports que j'ai connus,

Sur toutes les mers de la terre...

 

Voguent, voguent tous mes bateaux

sans que je ferme mes paupières...

 

Ne restent dans mes souvenirs

Que le grincement des aussières

Et celui rouillé d'un guindeau...

 

                             Joseph AMOROS

                             26 décembre 2016

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 10:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme les anges de la nuit ,

je voudrais chercher une étoile

que nul ne viendrait habiter,

et je la veux surtout déserte

où je serai seul maître à bord

et l'occuper à volonté...

 

Et sur cet astre hospitalier

où je ne suis qu'un clandestin,

sans pavés, marées ni chemin

et pas un chat à l'horizon

vivre dans un complet silence...

 

Mais avec qui vais-je parler ?

Nous sommes seuls, personne et moi,

et j'attendrai le ventre vide

que cet ami porte du pain !

 

Et là, je saute de mon lit,

et me retrouve le nez à terre !

Je baille en fermant les yeux

dans la plénitude de l'aube

sur une plage de sable froid

étranger à toutes écumes

et me recouche dans mon lit...

 

Couvrez- moi de soleil

et d'un nid de silence

tandis que les houles mugissent...

 

Des goélands plongent dans l'eau

cherchant leur becquée de poissons

sur les sillages des navires...

 

Le vent qui passe me caresse

comme un baiser au goût de sel,

quand la mer glisse sur le sable

où deux bouteilles sont échouées,

captives d'algues éphémères :

 

Deux messages semble-il

sont bouchonnés dedans...

 

Et là, le vent se lève,

et toutes les vagues se déchaînent...

 

 

Quel est donc ce secret ?

Et de qui proviennent ces messages

qui s'éparpillent sur les flots

comme une éternité perdue ?

 

Joie d'oublier ce jour,

et que demain chasse les ombres

dans les corridors du néant...

 

Sous un ciel d'azur pâle

où se lève la brume,

des sirènes cherchent une épave,

un trésor aussi par hasard

et explorent les eaux jusqu'au fond,

ignorant les mirages

dans le miroir des flots

ces belles à queue d'écaille

se crêpent le chignon

en fuyant le rivage,

les chevelures amères

et la grimace au vent...

 

Joseph AMOROS

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 10:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fasciné d'horizons

que déchirent les vents,

amoureux de la mer,

des ports et des rivages,

je ne peux naviguer

que dans mes rêves fous...

 

Elle m'a pourtant bercé

dans mon adolescence,

et à mes dix sept ans

sur mes sillages blancs

et mes escales d'or...

 

Chante, chante pour moi

toutes les escales du monde,

je ne veux port d'attache

pour jeter une amarre

que celui dont je rêve,

c'est le port de Sydney !

 

Au diable l'avarice,

un ciel cuivré couvre la nuit

et je n'ai pas trouvé de coffres

ni de trésors à vous montrer,

sinon, qu'est-ce que j'en aurais fait ?

 

Sur les lèvres du vent

murmurent des légendes,

d'histoires et de rêves

chargés d'or et d'argent...

 

Je ne recherche la lumière

que celle du soleil levant,

mais ne me parlez pas surtout

de ses énormes déferlantes :

Les cinquantièmes hurlants

Et quarantièmes rugissants.   

Ces caps connus des mers australes :

Bonne Espérance, et l'Horn...

 

S'il m'arrivait d'affronter

une dernière fois la mer,

notre navire devra être examiné

sous toutes ses coutures,

vérifier son étanchéité,

capots, portes, cales et hublots...

 

Comme cela ne risque pas de m'arriver,

Je préfère en rester là...

 

Je m'enchante du feu

d'un soleil au plus haut,

Il faudrait une large expérience

pour que l'on soutienne le ciel...

 

Ivre de lumières et de mots,

toi qui veux défier la nuit,

l'ombre et l'abîme de l'absence

sans cris, sans fanal, ni vigie;

cache-toi au cœur d'un troupeau...

 

Tendresse, émotion et rêve;

on peut être toujours

amoureux de la mer

mais parfois ne pas en souffrir...

 

Pour tous les marins du monde

avec mon souvenir...

 

 

                                                           Joseph Amoros

                                                               6 novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 19:53

 

 

 

Que tout le temps qui passe

Reste dans la lumière

Et que des toisons d'or

Couvrent notre chemin...

 

Mais que le ciel est grand

Lorsque tombe la nuit

Dans ses jardins d'étoiles !

Et que la lune est belle

Au coeur du firmament !

 

Dans toutes les baies de l'espace 

Courent des archipels d'or,

D'ombres chinoises, mais encor,

Coursiers d'orages infinis

D'une immortelle beauté...

 

M'arrêter dans le temps

Sous la voûte étoilée

Ne conduira jamais

Mon âme dans les ténèbres...

 

Au vent des souvenirs

De quais déserts et sans clarté

Je cherche la lumière

Sur les ailes du temps

Comme un messager

De promesses...

Et je me surprends à vouloir

Dévaler les courants des sources

De mon âme...

 

Mais guette ton coeur à la dérive

Comme dans tes premiers matins

Et danse sur le fil des jours

Au Nord, au Sud de notre amour,

Des anges nous habitent toujours...

 

Mais ouvre toutes les serrures

De plénitude de tes moments

De lassitude

Et de tes nuits d'espoir...

 

Dans le miroir de l'eau

Je ne sais qui je suis

Et cependant je vis

Sur les vagues des mots

Comme dans l'écho d'une musique

D'une très ancienne symphonie...

 

Dans les sillons du soir,

De rêves poudrés de neige,

Un phare s'allume à l'horizon

Alors que dans notre regard

L'espoir de la vie et l'amour

Ouvrent mes bras à l'espérance...

 

Guette ton coeur à la dérive

Comme dans tes premiers matins

Et danse sur le fil des rêves...

 

Demain viendra le jour,

Ce céleste Infini

Que je ne connais pas...

 

Mais je vous appelle à ma joie !

 

 

                                     Joseph AMOROS

                                       13 mai 2016

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 14:02

 

 

 

 

 

Tout ce qui s'écrit dans l'espoir

Ne peut s'inventer dans la vie

Que dans l'étincelle du moment,

Et les faveurs de la jeunesse...

 

Mais si tu fermes tes fenêtres,

Que fais- tu de tes ciels d'été,

De tes nuits d'ombres et de clartés,

Qu'on les laisse au moins entr'ouvertes !

 

Et si ton coeur est en détresse,

Qu'un rêve efface tes sanglots ?

Cherche tes infinies tendresses

Et ne pleure plus tes bateaux...

 

Ne ferme jamais tes fenêtres,

Ivre de vents et de voyages

Et oublie tes anciens rivages

Qu'avaient perdus tous tes ancêtres...

 

Mais ferme surtout tes hublots

Et n'écoute pas les sirènes

Qui dorment au poste à matelots

Sans accord signé du Pacha

Et de son second capitaine...

 

Le feu, dit-on, qui te brûlait

N'était pas un éclat de lune

Mais le whisky que tu buvais

Qui ignorait tes infortunes,

Et toutes tes gaffes d'enfer

Ne méritaient pas de bravos,

Ni de hisser le grand pavois

Que j'aperçois !

 

Tu es mon seul ami,

Ecoute mes conseils,

Enferme-toi dans ta cabine

Et met ton caleçon à l'envers,

Une tempête à l'horizon ?

Tout l'équipage fait grise mine,

Trois miles de plus et nous coulons !

 

Les vagues déferlent sur le pont,

La passerelle, les mâtures,

La poupe et le gaillard d'Avant,

Elles pleurent dans tous leurs bruits,

S'enflent des houles de la mer...

 

Mon âme habite les ports...

 

Il nous faudra alors trouver

Sur l'océan qui se déchaîne

La force et le courage

De prier dans le vent...

 

Jusqu'aux portes de la vie,

Dit-on,

Vivre toujours dans la lumière

Alors que tu fermes les yeux !

 

Mais tu t'accroches à tes étoiles,

Ton dernier port mouillé de lune

Que pas un fanal n'a pu voir...

 

Au seuil de l'impossible

Cherche la main de Dieu !

 

 

                                 Joseph AMOROS

                           15 mars 2016

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 10:17

 

 

Dans le jusant du jour

Des rêves oubliés aux portes de la nuit,

J'ai entendu le vent

Pleurer dans les mâtures

D'un navire inconnu

Qui n'était pas le mien ...

 

Quand un ange aux yeux verts

Aux ailes de lumière

Debout sur le gaillard d'avant

S'approche alors de moi

Qui claquait des dents de surprise

Et n'osais presque pas parler ...

 

"  Je ne suis qu'un marin

Sans port et sans navire

Qui n'attend de la mer

Q'une brise marine...

Peux- tu me montrer le chemin

Des calmes solitudes

Du port qui m'attendra 

Au bout de mes voyages ?

 

Montre- moi ce chemin

Que je ne trouve pas,

Pour l'inscrire sur mon ardoise

Dans l'attente infinie

De cette nuit qui ne vient pas ...

 

Le ciel a une clarté d'ébène,

Et la lune n'est pas pressée.

Un phare à l'horizon 

Perdu dans l'immensité

A oublié de s'allumer..."

 

Et l'ange n'a encor pas bougé

Sur le gaillard d'avant

Mais il ne parle pas !

 

Et je ne savais plus que dire,

Ou m'enfermer dans ma cabine

A double tour, s'il le fallait !

 

Mon ange enfin s'est exprimé :

 

" l'Amour est une fête foraine

Pour ceux qui ne le cherchent pas

Dans les méandres de la vie,

Mais il n'arrive qu'une fois

A la lumière d'un miracle ...

 

Et ceux qui le trouvent enfin

Le gardent à jamais dans leur coeur

Et pour l'Eternité .

Tu t'en souviendras un  jour,

Ne l'oublie pas ! 

 

Par le ciel et la terre

Les mers et océans,

Je m'en souviendrai toujours,

Mon ange aux yeux de mer,

Et je berce en mon coeur

Cet Amour qui m'habite ...!

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 13:00

 

 

A LA LISIERE DE MES REVES

 

 

Je navigue au plus près

Sur un bateau sans mât

Vers je ne sais quel port

Quelle autre terre promise

Où dorment mes navires

Avec tous leurs secrets.

 

Qu’êtes-vous devenus ?

« Eagle », « Saint-Valéry », 

« Indiana », « Royannais »

Et « Commandant Dorise ».

 

Sur quelles sombres îles

Avez-vous échoué ?

Ou dans quelle baie du ciel

Avez-vous jeté l’ancre 

De mes « caravelles aimées » ?

 

Dans un océan d’écumes,

Murmurent en silence

Les noms de tous ces ports,

Où gisent ces navires.

Mais ils ne viendront pas

Éclairer ma lanterne.

Dans ces livres d’images

Dont j’ai toujours rêvés…

 

Alors j’ai cherché jusqu’au bout,

Dans cet azur céleste

Toute une mappemonde

À portée de ma main,

Exilé mes pensées

Du Levant au Couchant

À travers des orages

Et des étés tout bleus …

 

 

Attendu sur les quais

D’adieux et d’espérances

Dans toutes ces escales

Qui m’ont tant fasciné,

Les silhouettes aimées

De tous mes vieux navires…

 

De la pointe du jour

A l’orée du couchant,

M’enivrer d’horizons

D’azurs et de lumières,

A perte de mes yeux,

De mes rêves trop courts

Dans les bras d’une vague

Aux paisibles rivages…

 

Aux rythmes fous  de mes errances,

Interrogé des matelots

Et claironné aux quatre vents

Leurs noms, et celui

De leur port d’attache …

 

Pas une langue n’a parlé !

 

Rêves d’hier et d’aujourd’hui

Venez remplir mon cœur de joie,

De pensées vagabondes,

De plages caressées

De brises et de zéphirs,

Afin que ces bateaux

Qui dorment dans mon cœur

Et le sable éternel

De ma mélancolie,

Me disent qu’il est vrai

Qu’ils ont aussi une âme

Cachée dans les abysses

De tous mes souvenirs …

 

 

 

                                                     Joseph Amoros

                                                    15 juillet 2015

 

 

 

 

                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur