Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 17:39

 

 


 

blanche-neige.png

 

 

 

 

Murmures, brouhaha, que de bruits, de lumière;

 

Rumeur indescriptible qui des gradins de pierre

 

De l'arène s'élève, et tout le monde attend

 

Que tombe la nuit bleue, que ces couples charmants

 

Virevoltent déjà, que l'attente s'achève

 

Avant que Sire Temps emporte notre rêve.

 

 

Une à une, là-haut, les étoiles s'effacent

 

Et semblent jalouser celles qui les remplacent.

 

 

La pluie se plaît alors à confier ses larmes

 

Mais son chagrin est court et rien ne rompt le charme.

 

 

 

Les clowns sont arrivés... ; des cascades de rires

 Cirque-Clown-Boomerang-1-copie-1.jpg

Donnent place aussitôt à de charmants sourires

 

 

Lorsqu'apparaît aux yeux un bal de champignons,

 

Blanche-Neige, le prince et ses  sept compagnons,

 d290bdd1-copie-1.jpg

Les gracieuses joueuses d'un match de football,

 

La petite souris qui, sans queue, se désole.

 

 

Que tout est beau ce soir! Que tout est féérique!

 

 

L'éclatant diamant de la boule magique

 

 

Qui, dans l'obscurité, brille de mille feux

 

Semble nous inviter à formuler un voeu.

 

 

C'est l'heure éblouissante, légère et romantique

 

Des glissades sans fin qu'annonce la musique.

 

 

Belle valse de vienne, O beau Danube bleu

 

Que les fées de Petter au sourire  précieux

 

Rendent sous le faisceaux plus frêle et magnifique.

 

 

La foule t'applaudit  sans cesse et te réclame ;

 

 

Longtemps après la fin tu danses dans mon âme.

 

Mais comment définir tout ce que je ressens

 

A vouloir retrouver de semblables moments.

 

 

Merveilleuses sirènes sur ce miroir de glace

 

Lorsque vos jeunes  corps s'élancent dans l'espace.

 

 

Vous faites naître en moi des rêveries touchantes

 

 

Par vos élans légers et vos grâces troublantes

 

 

Et je voudrais alors  durant  la nuit entière

 

Demeurer là... assis sur ces gradins de pierre

 

Et écouter encore le pleur des violons,

 

 

pour graver à jamais ce vol de papillons

 

 

 

Mais nous allons fermer  ce beau livre d'images

 

C'est la fin... et j'hésite à la dernière page.

 

 

 

 

                                                                    Joseph AMOROS (Oran 1953-1954)

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans POEMES à TERRE
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 18:34

 

 

medium_Chantons_sous_la_Pluie.jpg 

 

 

 

 

 

WEEK-END SOUS UN PARAPLUIE

 

 

 

Bénédiction du ciel à la terre assoiffée,

 

Dame pluie nous apporte un peu de nostalgie

 

Quand elle va bruisser dans sa trame serrée

 

Sur les prélarts des cales et le Gaillard d'avant...

 

 A travers les hublots, nous l'avons vu tomber

 

 Légère et capricieuse

 

Sous un ciel gris couleur de linge mal lavé

 

Où boudent, semble-t-il, de timides pleureuses.

 

pluvieux-copie-1 

 

 Et je voudrais alors sortir, déambuler

 

Pour saisir sur le vif mille petites choses

 

Qui m'arrachent du bord et de ce  nid douillet,

 

Ce poste, où matelots silencieux et moroses

 

Rêvent et cherchent  l'oubli de sombres compromis ;

 


Dehors tout est plus clair et mon coeur va flâner,

 

Courir sur les vieux quais où grincent les aussières

 

Et s'hérissent les mâts des navires ancrés,

 

Longues masses vivantes inondées de lumières...

 

 

 

La ville sous l'ondée, se tient là... assoupie,

 

Vaste brasier couché au pied de la colline

 

Où Santa- Cruz aussi semble s'être accroupie

 

Comme pour apporter sa protection divine.

 

 

 

Immense désespérance de ces rues sous la pluie

 

Où s'attardaient encore les promeneurs du soir,

 

Vagabonds, amoureux, qui attendent, s'ennuient,

 

Fument et font les cent pas sur les larges trottoirs,

 

C'est l'heure où le beau sexe faisait apparition

 

Sur les grandes artères du centre et des boulevards,

 

Un enfant vend encore la dernière édition

 

Aux clients accoudés aux guéridons des bars.

 

 

Je suis mouillé comme un canard,

 

Mais je me surprends à rêver

 

En remontant la rue d'Arzew

 

A tous les néons de Broodway

 

Où je voudrais mettre les pieds...

 

 

 Je rêve...


 Ce n'est pas sur ce bateau- là

 

 Que New-York me tendra les bras...!

 

 

Demain nous quitterons Oran

 

 Pour Casa, Dakar, Capetown,

 

Port-Elisabeth, East-London, Durban

 

 Beira et peut-être bien Napoli...

 

 Et "Tutti Quanti", mes amis!...

 

 

 Le poste est calme, je suis rentré

 

 Sans aller revoir mon village,

 

 Mais j'ai tellement fait de bruit

 

 Que j'ai reçu quatre "godasses"

 

Et deux cendriers sur le nez...

 

 

 

 

C'était hier... Un jour nouveau

 

Est né, craintif et irisé,

 

Il pleut encor bâbord-tribord

 

Le vent souffle sur les mâtures

 

Et vogue , vogue à l'aventure...

 

 

 

 

                                     Joseph AMOROS

                                                              s/s Commandant Dorise                                                                               Oran- 1946

 

 

      

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans POEMES à TERRE
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 13:33

 

 

Il y avait une fontaine,

 

Une fontaine à PELUSSIN,

 

Près d'un chêne bi-centenaire (1)

 

Où se sont croisés nos chemins...

 

 

Louis(2) n'était pas mon cousin

 

Qui me traînait dans sa galère,

 

En Sénechaussées de Beaucaire

 

Où l'arbalète allait bon train !

 

 

Et moi qui n'aimait pas la guerre,

 

Mais l'amour autant que le pain,

 

C'est près d'Hélène la meunière

 

Dont j'avais brûlé le moulin,

 

Que je passais des nuits entières

 

Nu comme un ver... et dans le foin !

 

 

 

Aussi vrai que je suis sous terre,

 

Et qu'il y eut deux presbytères

 

Qui firent bruit à PELUSSIN.

 

 

Mais là n'est point notre refrain.

 

 

Si souventes fois je reviens

 

Rôder autour de vos chaumières

 

Où je crois perdre mon latin,

 

 

Pardonnez- moi Monsieur le Maire,

 

Ce n'est pas pour briguer l'affaire

 

Ni tourmenter les paroissiens ;

 

 

Mais pour compter à ma manière,

 

_S'il en reste_ des BONNETERRE,

 

Des BONNETERRE, mes cousins...

 

 

DE PELUSSIN... Ou de SAINT-PIERRE...

 

 

 

 

 

                            Joseph AMOROS

 

 

 

(1) Du temps où Pélussin se nommait " Parrochia Pulicinis" ( 1050)

 

(2) Louis VIII le Lion.

 

 

 

 

 

1er Prix de l'Humour 1985 ( Prix Paradis des Fleurs"

 

dans "Visages de notre Pilat"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans POEMES à TERRE
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:29

 

 

 

 

41589_149018828475451_3232322_n-150x150.jpg 

Votre idéal fut exalté

 

Par Salomon, Jacques, Soubise,

 

Au grand génie incontesté

 

Que votre histoire immortalise;

 

On vous doit, et qu'on se le dise,

 

Non pas des villes champignons

 

Mais châteaux, ports, flèches d'église,

 

Hardis, fidèles compagnons!

 

  imagesCAFAH99Y.jpg

 

Au berceau vous fut apporté :

 

Probité, justice et franchise,

 

De l'amour pour l'humanité.

 

Topage familiarise,

 

Et l'allant vous singularise,

 

Tisse-flanelles ou grignons !

 

De la boulange à la menuise,

 

Hardis, fidèles compagnons !

 

 

142509.jpg 

 

Petit lapin, en vérité,

 

Deviendra grand pour la maîtrise ;

 

Son front rayonne de beauté,

 

Et belle ouvrage il réalise...

 

 

  dessiner-une-image-d--un-charpentier-nb16670.jpg

Pourvu qu'un "rouleur" le conduise

 

Près bonnes mères à chignons.

 

Levez l'acquit, pas de sottise !

 

Hardis, fidèles compagnons !

 

 

 

 

ENVOI

 

 

Princes du Tour, fière devise !

 

Nantais, Tourangeaux, Bourguignons ;

 

Gardez couleurs à la chemise,

 

Hardis, fidèles compagnons !

 

 

 

                                                              

 

                                                                                   Joseph AMOROS

1er Prix de Poésie Classique  1985 ( Prix Bernard VILLAND) -

 "Visages de notre Pilat"

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans POEMES à TERRE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur