Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 13:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De mon sommeil

Jusqu'aux matines

Le jardin du Bonheur

Me livrait ses secrets,

En ces dimanches

De fleurs nouvelles

Où mon père les entretenait

Et ce jardin, je m'en souviens

Me rappelait une légende

Qui avait toujours existé:

 

Un arc-en-ciel de mots

Me demandait asile

Sous les fouets du vent,

Tandis que des ombres captives

Qui emplissaient la nuit 

Atteignaient les étoiles,

Sur des chemins de houles

Prises aux vrilles du temps

Qui traînaient dans mes souvenirs...

Lorsque je n'avais que treize ans...

 

Aujourd'hui dans mes rêves

Qui n'ont plus de mémoire,

Je n'entends plus sonner

Les cloches de mon église

Et j'écoute les pins

Qui s'adressent à moi :

 

" Oublie les vents de la mer,

L'incessante insolence

Du silence des voix..."

 

Sur les rives de l'oubli

Des palanquins de mots

Emplissent ma mémoire...

Et des larmes de pluie

Coulent comme fontaines

Aux sources de la vie...

 

Je marcherai vers le soleil

Malgré la distance et le temps

Ce jardin de lumière

que chérissait mon père 

N'existe plus aujourd'hui,

Mais mon coeur bat toujours

Sous les coulées de cette terre

Qui vit tout au fond de mon âme...

 

 

                                 Joseph AMOROS

                                  15 décembre 2016

 

                    

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 15:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES CHEMINS DE L'EXIL

 

(Guerre civile d'Espagne 1936-1939)

Témoignage d'un cousin.

 

José

Dans la mémoire tout s'écrit :

Les barbelés, la terre mouillée de sang...

Le temps n'existait plus

dans cette patrie de l'exil...

Je n'oublierai jamais dans la peine,

ma croyance brisée

hors de cette Espagne bien-aimée...

Mes souvenirs, ma tristesse,

la douleur, les larmes, la peur

et cette envie de pleurer

en abandonnant notre maison...

Les villes, les villages, victimes

innocentes de crimes, de tueries

militaires et civiles ;  la faim

alors que même le pain avait

le goût de la terre.

 

Des yeux levés pour regarder le ciel

en d'éternelles prières...

Vivre nous suffisait...

 

 

A huit ans, j'écoutais, avec mon père,

ce cousin venu nous rendre visite,

L' horrible témoignage

qu'il nous révélait en Espagnol

« Ne l'oubliez pas »

disait-il les larmes aux yeux...

Ses souvenirs, la source de sa vie,

sa solitude, sa tristesse...

Cette image ne nous quittera jamais...

Mon cousin José s'était embarqué

sur un chalut pour rallier Oran, en Algérie,

où une tante et sa famille l'attendaient.

C'est pourquoi il vint nous voir à Mers-El- Kébir...

 

Je crois encore entendre les battements de son cœur,

en nous précisant les tortures

subies par des prisonniers,

les yeux fixés au loin, ému par ce souvenir...

 

José

 

Espagne de l'ombre du cœur, de vie

et de combat, arrachés à l'enfer...

Terouel !

Où la bataille fut difficile,

la souffrance d'un peuple

Et beaucoup de prisonniers

qui mouraient en cellule...

Cette peur de repartir

qui nous suçait le sang

à l'exil de son cœur, son âme

dans ses derniers haillons,

et toutes ces rues hostiles

comme un naufragé de la mer

qui voudrait revenir dans son village

abandonné...

Impuissance, rage, solitude,

l'angoisse des matins

des répressions terribles,

des années violentes, inoubliables

comme une rivière qui se tarie,

un amour qui lève ses voiles...

 

 

Le moment de partir était arrivé ;

nous nous sommes quittés,

toute notre famille les larmes

dans les yeux

avant qu'il ne prenne un bus pour Oran...

C'était une période difficile que cette guerre !

Il n'avait de vivant que sa voix

lorsqu'il partit plein de tendresse,

et d'amour qu'il emportait

comme un baiser d'adieu..

.

Qu'est-il devenu ?

Que la lumière soit avec lui !

 

 

Joseph AMOROS

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 14:10
Quand Noël sera là

 

 

La magie de Noël a toujours existé

Elle est couleurs de mots,

De regards, de musiques,

Et de larmes de bonheur...

 

Bethléem viendra bercer nos rêves

Et je fermerai mes yeux 

Sur mes Noëls en mer

A l'ombre des souvenirs...

 

Des violons magiques

Aux merveilleux accords

S'éloignent de la terre

Où l'on chante Noël

De latitudes en longitudes

Aux quatre coins de la planète

Où se lèvent mille soleils...

 

Dans le sable des nuits 

De ma mélancolie,

Je laisserai tous mes navires

Sur l'infini des mers,

Mes vols de goëlands

Et mes sillages blancs,

Mes brumes, mes orages

Et les ciels sans étoiles

De mes escales sans lumières...

 

Hors du temps

Et si je le pouvais,

Il ne resterait dans mes mains

Que quelques racines de pins

Qui me rappelleraient mon village

Et que je sentirais par plaisir...

 

Oui, Noël sera bientôt là,

Avec toute notre famille

Au hasard du calendrier

Tous réunis autour

De Roxane et Antoine,

Leur papa, leur maman,

Retour d'un séjour en long cours

Aux Philippines !

Tandis que mille carillons

résonneront dans nos coeurs...

 

Les étoiles danseront dans nos joies,

Nos rires et nos cris

Au gré de nos plaisirs...

 

Et nous écouterons ravis,

Des histoires et des chants

Près de l'arbre et la crèche

Où seront posés les jouets

Qui rempliront de bonheur

Nos chers petits bambins

Dans l'attente du Père Noël...

 

Quant à moi mes enfants,

J'ai fait un rêve fou;

Il me tarde ce soir

De vous le révéler:

Parce-que moi aussi 

Je crois au Père Noël !

 

Voici ce que la nuit m'a dit :

 

" Ne cherche pas dans ton coeur

Une rêveuse jeunesse

Lorsque je viens vers toi,

Sans gêne et sans regret

Te glisser à l'oreille

d'oublier ton passé...

Et cesse de penser

Aux tendresses des ans ! "

 

Couleurs d'amour

Et de lumières

Des guirlandes de fêtes,

Ce sera un Noël

De joie et d'espérance...

 

Quand tous nos coeurs

battrons ensemble

En s'accrochant à cet instant :

 

Le secret du Bonheur

Comme dans un conte de fée...

 

Happy Christmas !

 

 

                                                   Joseph AMOROS

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 14:36

 

 

 

           

 Les Noëls d'autrefois n'ont  jamais été blancs,

       du temps de mon enfance...

 

Sur la terre où nous vivions, qui sentait bon la lavande

et l'inoubliable odeur de pins...

 

Il ne tombait jamais de neige

En Algérie sur le littoral,

Mais dans les monts de l'Atlas...

Nous ne risquions pas alors 

De laisser des empreintes de pas

Sur des flocons neigeux, près de la mer...

 

Cette nuit de Noël de notre enfance,

Comme toutes les années précédentes

La famille venait chez nous,

Et nous étions heureux de la recevoir

 

La nuit de la Nativité

Etait la plus importante,

Et cette année-là comme toujours,

C'était Papa qui montait la crèche

Saupoudrée de farine

Entourée de guirlandes

Sous nos regards éblouis...

 

Cette soirée était exceptionnelle,

Où la poésie, les chants espagnols

Et français, les histoires, les souvenirs

Etaient très applaudis par toute notre famille,

Particulièrement ce "Noël Blanc"

"White Christmas" très apprécié...

 

Après minuit, les larmes dans les yeux,

Embrassades et au-revoirs

Duraient encor une demi-heure !

Ce n'est que le lendemain

25 décembre

Que nous cherchions nos cadeaux

Sous les lits ou devant la crèche...

 

Ces noëls d'autrefois

Sont partis dans le vent

Sous les tisons d'argent des crépuscules,

Mais ils restent à jamais

dans le fond de mon coeur...

 

Ces ans s'en sont allés,

Et nous avons vécu heureux

Après l'exode, notre arrivée en France

1961 au clair de notre amour

Avec Maman et nos trois filles...

 

Depuis cette date, j'ai toujours cherché dans mes rêves

Un nuage qui se reposait sur la mer,

Des myriades d'étoiles

Qui scintillaient dans le firmament,

Et la grâce infinie des Anges

Dans les lumières de nos vies...

 

Comme ces joies d'aimer

Qui vivent dans nos âmes...

 

Joyeux Noël à tous !

 

 

                                  Joseph AMOROS

                                                 1er décembre 2015         

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 19:42
Des souvenirs magiques

Lettre de Claire ma petite fille, depuis les Philippines...

 

Des souvenirs magiques

 

Ce matin, avant d’ouvrir les yeux j’ai rêvé…

De quand j’étais petite fille, chez mon Pépé et ma Mamie

La bonne odeur du café au lait, des tartines de pain grillé

Du pain frais de chez Favre, le gâteau au yaourt, le pain perdu    

La Mouna, la tarte aux pommes, la musique dans la cuisine...

 

Et quelle cuisine ! La meilleure !

Les odeurs des bons petits plats de Mamie dès l’ascenseur

La frita, le couscous, la tortilla,

Mon plat préféré la Paëlla ! « Chaque grain vaut de l’or »

La longanisse, les moules marinières, les œufs mimosas,

Les piments grillés, la Daube, le veau aux olives,

La bonne soupe du père Noël,

Les spaghettis boulettes, "des pâtes... des pâtes...oui mais des Panzani !"

La salade de fruit "jolie jolie jolie"

Le flan au chocolat pour Patrick "parce qu'il ne boit pas de café !"

Tous ces repas du dimanche autour de cette table en famille

Et « mangez, mangez, qui en veut encore ? »

Nous jouions les assistants en cuisine, le préposé à la persillade : Pépé,

Humm comme c’était bon ! « Je dirais même mieux ! C’est très bon ! »

Alors « un ban pour la Cuisinière, un, deux, trois !!!!!

Et un ban pour le mari de la cuisinière ! Et un pour Pépé ! Ah tic ah tic ah tic ! Aïe Aïe Aïe !! »

 

Après le repas un bon café, tout en feuilletant le catalogue de la redoute et les magazines de cuisine

« J’espère que vous avez bien mangé ? Vous ne partez pas le ventre vide ? » Ah non !

Sans oublier le tupperware en partant pour chacun, rempli de bonnes choses, mais "qui a oublié de ramener mes tupperwares ?"

On se dit au revoir à l'entrée, puis au balcon de la chambre et aussi au balcon du salon en faisant des grands signes "attention au courant d'air ! Mettez vos manteaux et vos "pantoules", vous allez prendre froid !"

 

Je rêve aussi de ces merveilleux noëls,

Préparés avec amour,  les entrées soignées, les toasts, le foie gras,

Le saumon, les gambas, le chapon, les champignons et petits marrons,

Les beaux couverts et verres de sortie « attention avec les verres à pied ! »

Et toutes ces douceurs, les mendiants, dattes et pruneaux avec de la pâte d’amande, 

Les papillotes et l’odeur des clémentines,

La décoration, tous les cadeaux sous le beau sapin, la crèche,

Cette attente dans le petit salon après un bon repas,

Où nous préparions tous un petit spectacle, une chanson, une danse, une récitation,

Louis Mariano chantait petit papa noël

Et quelqu’un frappe à la porte, le voilà enfin, dans son beau costume,

Notre cher père noël avec son drôle d’accent parfois russe, parfois autre…

 

Tant de beaux souvenirs, comme si c’était hier,

Cet appartement de la Duchère, la Gravière,

La boîte à musique qui joue à l’entrée pour nous accueillir,

Toutes ses photos de famille, les éclats de rires,

La table toujours pleine de bonnes choses

Le balcon avec sa jolie vue sur Lyon et Fourvière,

La danse des parasols l’été sur le balcon,

Les fleurs et le petit potager

Le parc plus bas avec le petit château,

Glenn Miller, la Belle de Cadix, Louis Mariano, « Mexico, Mexiiiiiicoooooo »,

Les chansons de Pépé dans la Citroën blanche,

Sa poésie, tous ses prix médailles et trophées, son merveilleux blog lu à travers le monde entier,

Qui nous emporte, nous émeut, nous fait voyager et rêver,

Son bureau, ses bateaux, le nounours et la chambre bleue, la chambre rose,

Les petits trésors de la table de chevet, ses bijoux, des pastilles Valda, un hippocampe. 

Derrière un miroir un petit dressing  ou se cache mille choses bien rangées

Les photos avec le kodak développées en plusieurs exemplaires pour les enfants et petits enfants

La fierté d’être grands-parents de sept petits-enfants !

Mamie qui appelle « Joooseeph », pépé qui répond, « oui ma tourterelle des mers du sud infectées de requins »…

Nos petits surnoms  « mon petit lapin, petit rat de l’opéra, c’est pépé qui est là, que personne ne sorte ! Un mot de plus et je m’en vais ! Ze vais de ce pas écrire une lettre au père noël »

Les beaux bouquets de fleurs, les jolies cartes d’anniversaire.

L’eau de Cologne, la laine, le Damart, la Laque Elnett,

Le rouge à lèvre de mamie, son parfum, son élégance, 

Sa voix du matin, son sourire, ses caresses dans le dos,

Ses appels téléphoniques sur le portable «Bonjour c’est mamie, tu es où ? »

La croisière, les voyages avec Carrefour,

Les bigoudis, la coiffeuse, les traces sur les lunettes,

Les supertitions, le sel au dessus de l'épaule et "mets ta culotte à l'envers"

La collection de petites poupées, les souvenirs de voyage,

Les encyclopédies, le livre des rêves, le missel, tous ces contes,

« Il était une fois des pirates et des princesses, des marins et des extraterrestres, Yordi… »

Ce loup qui a fait si peur à Préscilia petite,

Et figurez-vous que pépé était « blond aux yeux bleus avant de connaître Mamie ! »

 

L’histoire de la famille aussi, les racines, la guerre d’Algérie,

L’Espagne, l’Andalousie, Murcia, le flamenco,

L’ancêtre « Robin des bois » espagnol,

Sidi Bel Abbès, Mers El Kébir, Alger, les pieds-noirs espagnols,

(sauf Patricia qui est née à Saint-Etienne !)

Le jardin d’enfance de Pépé, ses parents, ses sœurs,

Son chat, les saucisses et toutes ses farces,

Sa vie en mer à parcourir le monde, toutes ses escales inoubliables, ses aventures,

Ses copains, toute sa vie et son amour pour Mamie racontés merveilleusement

Dans tous ses poèmes, cette passion et ce don pour l’écriture

 

Et le don de Mamie aussi c’était la couture,

Toutes ses heures passées à coudre les robes de haute couture, de mariée, de princesse,

Les ourlets, la boîte à boutons, la machine à coudre, les pinces et épingles au coin de la bouche,

Pour confectionner des tailleurs Channel et de belles robes cousues mains et

Des pulls tricotés avec amour pour ses enfants et petits-enfants et le nounours jaune recousu mille fois. 

 

La foi en Dieu, l’église, le père de Galard, les visites à Lourdes,

Toutes ses prières à Fourvière, la vierge noire, notre dame de Fatima,

La messe du dimanche et toutes ses bougies allumées pour chacun, le chapelet, l’eau bénite

Les valeurs de partage, de famille, d’amour, de courage et de travail.

 

Et ce que j’aimais le plus c’était les vacances à la Grande-Motte,

Le grand départ avec la voiture et la caravane pleines à craquer,

La pause sur l'aire de Montélimard et son nougat,

Et enfin l'arrivée à la Grande-Motte !

L'odeur des pins du Sud, de la mer,

Le camping le Garden, Jean-Claude, la caravane, le auvent, la terrasse,

Quelle installation à l’arrivée pour avoir tout ce confort au camping !

Pour recevoir toute la famille et  faire de la bonne cuisine,

La belle Paëlla partagée avec les amis, des grillades, des sardines, l'anisette,

Et aussi après le repas, se rafraîchir et rire en allant faire la vaisselle au bac avec Pépé !

 

Je rêve souvent de refaire ce chemin pour aller à la plage, cette grande allée avec tous les 

Commerces et les terrasses, les bonnes odeurs de pain frais, le poulet rôti, les glaces,

La place avec la grosse boule rouge, les  fleurs fuchsias, le chant des oiseaux, des grillons.

Le poste de secours et enfin cette belle plage de sable, la mer à perte de vue,

Les balades les pieds dans l’eau, les châteaux de sable, les coquillages.

Et les "Chichis, chouchous, beignets aux pommes, au chocolat... à la vaniiiillllleeee"

Le bruit des vagues, l'odeur de la crème solaire, les mots croisés,

Les cahiers de vacances, écrire les cartes postales, la balançoire, la piscine,

Les siestes à l'ombre des arbres sur les transats,

Le scrabble, les dominos et le jeux des petits chevaux,

Les parachutes miniatures, la pétanque, les cerfs-volants,

Puis il y avait les soirées, les jeux de cartes, l'odeur de la citronnelle,

Les belles promenades vers le port pour voir les bateaux de Pépé et déguster des bananas split !

 

Le calme et la fraîcheur du matin pour aller chercher le pain et les croissants avec Pépé, dans cette allée tranquille à cette heure-là.

 

 

Comme j’ai aimé me remémorer tous ces beaux souvenirs qui me rapprochent de vous,

Tout cela me manque tellement…

Je suis maman à présent mais je resterai toujours votre petite fille au fond  de mon cœur,

Et j’espère transmettre tout ce trésor d’amour à nos enfants comme vous l’avez fait avec nous.

Et s’il existe un paradis, c’est là-bas que je vous retrouverai, à la Grande-Motte de mes souvenirs d’enfance, en marchant le long de cette allée de fleurs fuchsias, au soleil de votre amour éternel.

 

 

 

A mon grand-père et ma grand-mère adorés

Joseph et Carmen Amoros

Merci pour ces souvenirs magiques !  

 

 

Le 13 mai 2015

Claire Marchadier

Alabang, Philippines

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 18:40

 

 

Esprit de Noël

 

 

 

 

 

L'Esprit de Noël

 

 

L'Esprit de Noël flotte

Et danse dans nos têtes.

 

Il est dans l'air du temps,

Dans les rêves des enfants.

 

L'Esprit de Noël garde

Nos chers secrets d'antan...

 

L'ambiance des jours de fête

Qu'on prépare longtemps...

 

Une table de joie,

Les mains de nos parents

Qui ornent le sapin

De guirlandes d'Amour,

Des étoiles de nos souhaits

 

L'Esprit de Noël

Se suffit bien de peu :

Un coeur plein d'affection,

Un sourire chaleureux,

Un bon mot ou un chant

Qu'on offre en partage

Autour d'un bon repas

Qu'on a confectionné

Du talent de chacun,

De petites attentions.

 

Il grandit les espaces

Et nous fait de la place

Pour ouvrir la page

Où se gravent nos rires

Et nos complicités...

 

 

A tous n'est pas donné

D'user de sa magie

Beaucoup le cherchent ailleurs ...


Pauvre qui ne sait pas... 

Qu'il couve dans nos coeurs

 Pour combler notre vie !

 

Ghislaine

                                    22  décembre 2014

                                 (Dédicace à Papa)

 

 

 

 

Traduction anglaise par Nadine :

poeme.jpg

 


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 11:39

 

 

 

images

 

L'étoile qui brillait

Au ciel de mon enfance,

Je la reconnaîtrai quand Noël sera là...

Au coeur des souvenirs

Des guirlandes de fêtes

Et du pin parfumé

Choisi par notre père

Sur les pentes aimées

Du Santon familier...

 

Ce n'était pas un Noël Blanc,

Il ne tombait jamais de neige

En bord de mer en Algérie

Et ce village où je suis né

Que je pleure aujourd'hui.

 

Je te revois encore, Papa

Lorsque j'étais enfant

T'affairant à monter la crèche

dans ce jardin perdu

Qui chante dans mon coeur...

 

Marcher sur la farine

avec tes grandes bottes

Pour imprimer tes pas

D'un peu de Noël blanc

 

 C'est cette image que je garde aujourd'hui de toi...

Si je pouvais encore, mon Papa bien-aimé,

Je dessinerais ton nom

Sur le sable mouillé

D'une plage au soleil

 

J'irais bien te chercher

Sur tous les quais du monde

Pour te voir débarquer

De ton lamparo blanc...

 

 

lamparos

 

 

Pour suivre ton regard

Me guetter dans la foule 

Des pêcheurs attardés

Qui tirent les poissons

Prisonniers des filets

 

Je te reconnaîtrai

Au milieu d'équipages

Parlant napolitain,

français, arabe ou espagnol.

Langues pour toi si familières...

 

Tout le monde t'aimait,

Et j'étais fier de toi!


Aujourd'hui que Noël approche,

Je lis des larmes dans tes yeux,

Et je regrette infiniment

D'avoir été au bout du monde

Perdre ce que j'aimais de vous, 

Toute notre famille...

 

C'est toi qui m'a donné

La joie et le bonheur d'écrire,

Et je n'ai pas cessé

de rêver grâce à toi,

A ces poèmes espagnols

Que tu nous lisais chaque fois

A Noël, ou au nouvel an

 

Tu étais bon, tu étais noble,

Tu étais droit, l'homme le plus honnête

de la terre.

 

Que mes larmes d'amour

Soient toujours près de toi,

Comme du temps déjà lointain

Où je me pendais à ton cou

Pour sentir sur mes joues humides

Tes baisers de tendresse,

Et ton regard si doux...

 

A mon Père

 

 

Joseph AMOROS

               Noël 2013

 


Papy et Mamy2


 

 


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 18:41

 

 

                     

 

img080.jpg

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 15:16

 

 

  sapinblanc.gifimages.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Longtemps j'ai hésité devant mille vitrines.

C'est ton  premier Noël, c'est ton premier jouet,

Et mon coeur à ce choix trotte dans ma poitrine,

Il y en a tant et tant, oh ! Que c'est compliqué...

 

 

Je ne suis pas, crois- moi, retombé en enfance,

Comme toi j'ai rêvé à des noëls dorés,

Mais c'était un trop plein de vaines espérances :

Ils étaient bien trop chers pour la réalité...

 

 

Pour ton premier noël, pour toutes ces merveilles,

Je voudrais être riche, t'offrir le monde et plus !

Mais voilà, ton papa n'est pas "bourré d'oseille"

Le monde est bien trop grand et tes mains si menues.

 

 

Mais là, parmi chevaux, voitures et poupées,

Dans une confusion de ferrailles et de bois,

Caché, mais combien fier, perdu dans la mêlée,

Un  petit cygne blanc avait place de Roi.

 

 

Il n'est de plus beau choix. D'autres jouets  sont ternes,

Je l'ai choisi pour toi parce- qu'il est le plus beau.

Dors mon petit enfant, tes jolis yeux se ferment.

A NOEL mon trésor, tu auras ton cadeau !

 

 

J'imagine déjà tes grands yeux d'onde pure,

Sur ton joli visage, cette grâce infinie,

Sur ton cygne tout blanc tu auras fière allure,

C'est ton premier Noël, ma petite chérie !

 

                               

                                    

                                                  Joseph AMOROS (Noël 1958)

                                    " A ma petite Ghislaine"

 

 


 

 

 




 

 

 


 

 



Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 18:26
a     
           
 
934211.jpg
 
 
 
La mer a murmuré doucement le secret
 
Aux rives de la plage qui guettent sa  venue
 
Le vent a accroché aux flamboyants  émus
 
Les lettres de son nom qui sonnent leur carillon
 
Joyeuses et aimantes, irisées d'arcs-en-ciel
 
Elles roulent en guirlandes 
Auréolées de miel.
 
 
L'air s'emplit de leur danse au rythme de son coeur
 
qui bat de sa cadence l'approche de ce bonheur
 
Toute la terre frémit, ses entrailles en émoi
 
D'une joie si ardente qui illumine la nuit
 
En un feu d'artifice aux fleurs rouges et oranges...
 
 
Car un enfant va naître cette nuit, demain peut-être
 
Et avec lui le rêve d'une très belle vie !
 
 
                                                                           
 
                                                                          Ghislaine
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur