Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 09:07

 

 

 

 

                     

t_Monet---The-Honfleur-Port.jpg

 

 

 

 

La Manche avait aussi la couleur de tes yeux,

Parce- que je t'aimais tu te montrais cruelle,

Ton coeur billebaudait en blanche caravelle

Et le mien le suivait en sillage laiteux...

 

Le grand pavois flottait au mât des jours heureux

Et les haubans chantaient à la brise nouvelle,

J'étais un albatros épris d'une hirondelle

Qui volait au soleil, se brûlait à ses feux...

 

Mais n'ai jamais atteint ce fabuleux rivage,

Murmuré ton prénom, caressé ton visage,

Effleuré d'un baiser tes lèvres de velours...

 

Tandis qu'au Havre il pleut, et que le vent se lève,

Les barques de Honfleur ramènent à la grève

Les débris de ma joie, et mon chagrin d'amour...

 

Joseph AMOROS

 

 

- 1er PRIX de Poésie Classique 1978

Sté Littéraire et Artistique de LA BAULE

 

- 1er Prix de Poésie Classique 1979 des

Foyers de la IIIème Région Maritime de Toulon 

 

- Extrait de "Sillages" ( Cahiers de la Pensée Française )


 


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans AMOUR
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 08:49

 

 img_Le-pont-de-Brooklyn--New-York_Torsten-Andreas-HOFFMANN_.jpg

 

Parce- que j'ai seize ans, et ne sais de l'amour

Que les spasmes amers des plaisirs solitaires

Sur des absences nues, inventées chaque jour

A l'offre d'un regard, d'une bordée à terre,

 

Parce- que mon Whisky a goût de limonade

Au hasard des sorties que je fais avec vous,

Matelots chevronnés dont j'essuie les brimades

De New- York à Changaï, de Brisbane à Corfou,

 

Qu'importe le port qui m'attend,

Adieu mon navire et bon vent!

 

Parce- que pour vos yeux noyés de solitude

J'ai voulu être grand sans même le savoir,

Despéré d'aimer sous cette latitude

Une fille aux yeux bleus, une fille aux yeux noirs,

 

Parce- que dans ce bar vous me l'avez choisie

Pour embraser le coeur de mes premiers enfers,

Fleur trop vite fanée, mais encore jolie

Qu'enlassent à l'escale les titans de la mer,

 

Qu'importe le port qui m'attend,

Adieu mon navire et bon vent!

 

Parce- que je l'ai vue rire de ma jeunesse

En atteignant le ciel où se larguait mon âme

Et se fondait mon coeur,

Qu'elle m'a dit "Je t'aime" dans un flot de tendresse

Et savait être femme

En essuyant mes pleurs...

 

Parce-que cette nuit elle ne m'a vendu

Comme à ces "Avant- moi" sur son lit de vertige,

Qu'une chambre à Brooklyn,

Que deux verres de Gin...

Qu'elle s'en est allée, comme elle était venue,

En me baisant le front,

Tandis que reposait "Petit soldat de plomb"

 

Qu'importe le port qui m'attend

Adieu mon navire et bon vent!

 

Mais parce- que je suis vous d'" Il était une fois"

Dans la nausée du jour qui souleva mon âme,

Et que vous êtes encor, bien plus tristes que moi

D'avoir poussé novice dans les bras d'une femme,

 

Voilà que je cours comme vent

Vers ce nouveau port qui m'attend...

 

Joseph AMOROS

Grand prix VICTOR HUGO du Cercle Français de Poésie

Carpentras- 1977-

 

 

 

 

TRADUCTION ITALIENNE : Rolando  MORA

 

 

Une-chambre-a-Brooklyn.jpg

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans AMOUR
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 08:30

 

 

 

 

papillon_lp-2.jpg

 

Il  pleuvait des soleils sur notre adolescence,

Nos sentiers embaumés, nos rêves au long cours,

Souvent, pour m'amuser, je te parlais d'amour,

Heureuse, tu riais entrant en confidence...

 

Je partais un  hiver de grande indifférence,

Sous les sanglots du port, à la toile du jour,

Et si loin dans l'azur, du point de non retour,

Qu'il est déjà trop tard, plus tard que tu ne penses...

 

Car je porte sur moi les regrets de l'enfer

Que laissent aux baisers les filles de la mer,

Et je n'ai que ce feu pour réchauffer mon  âme...

 

Mais il n'est pas, dit-on, que des marins heureux,

C'est pourquoi, j'ai gardé, même au clair d'une femme,

Le souvenir ému de nos papillons bleus...

 

Joseph AMOROS

1er PRIX de Poésie Classique 

Salon des Poètes de Lyon -1980-


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans AMOUR
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:10

 

 

poupe1

 

 

Ohé! de ton bateau, Ohé! de ta mémoire

Vogue toujours ton coeur comme vieille gabarre

Sous les ailes du temps...

Déjà le branle- bas des départs familiers,

La magie de l'appareillage

L'âme lovée dans les cordages,

Des larmes dans les "écubiers"

Jusques aux brisants de Saltée

Où ton amour a fait naufrage...

Déjà tes soupirs écorchés

Sur les typhons du Pacifique;

Les longues houles atlantiques

Où ton gréement s'est fatigué...

Et puis, les tavernes des Wharfs,

L'enfer de Soho, Chinatown...

Et les fumées de Liverpool

Fuyant sur ton dernier sillage...

Dans tes rêves aux volets clos

Sous le clocher de ton village,

Tu meurs d'opium et de tafia

Dans le "Pot au Noir" de l'Afrique,

Et fusille mille soleils

De l'Hudson à Valparaiso...

 

Ohé! Ohé! de mon bateau

Ohé! Ohé! de ma mémoire

Vogue toujours mon coeur comme vieille gabarre

A la poupe du temps!

 

Joseph AMOROS

 

BATEAUX1BIS.jpg

Dessin réalisé par sa fille Patricia


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:02

LA CHANSON DU HAUBAN bis

 

Joseph AMOROS

 

 

- 1er Prix de Poésie Classique 1979 des Foyers de la IIIème Région Maritime de Toulon

-Extrait de "Sillages" ( Cahiers de la Pensée Française- 1979-

 

 

 

BATEAUX2BIS.jpg

 

Dessin réalisé par sa fille Patricia

 

 

 


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans TEMPS
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 09:12

 Taverne des Quatre Pendus 004

 

 

Taverne des Quatre Pendus 2

 

 

 

Taverne des Quatre Pendus 3

 

 

 

 

 

 

1er PRIX Alphone ALLAIS 1981

Sté Littéraire et Artistique de la BAULE

Prix d'excellence du Conte 1986

Festival poétique de Biscarosse

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans NOUVELLES
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:17

Médaille d'Or de l'Académie Internationale de Lutèce- Section traduction espagnole de l'auteur "Convoy" 1977

Prix JACQUES de RUSCINO Poésie Libre de la Compagnie des Ecrivains méditerrannéens- 1978:

Médaille de bronze.

Accessit au 1er Prix de Poésie espagnole, traduction de l'auteur - 1982-"Convoy" Madrid

Médaille d'Or- Trophée des Nations- Sect. traduction italienne de Mr. Vincent BONOMO, "Convoglio" Rome -1985-

 

 

 convoy11

 

 

Dédicace: A mon compagnon de bord  Jean CHAPELAIN sur le tankership "Eagle" torpillé et naufragé cinq fois dans l'Atlantique, avec mon affectueux souvenir dans ce poème qu'il m'a inspiré.

 

(Trinidad-Gilbraltar : 15 mars 1943)

 

 

                     

 

 

Convoi-p1-bis--copie-1.jpg

 

Conv p2 

 

Conv-p3.jpg

 

Conv-p4.jpg

 

 

                                                                                                Joseph AMOROS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans GUERRE et PAIX
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:00
                     

 

Pavés d' Amsterdam 1bis

 

 Pavés d' Amsterdam 2bis

 

1er Prix de Poésie Libre 1979 du Salon des Poètes de Lyon

 

 

 

TRADUCTION ITALIENNE : Rolando  MORA

 

Les-paves-d-Amsterdam.jpg

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans VOYAGES
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 19:12

thumb513 0-cap-de-bonne-esperance-jpg

 

 

 

 

Tu ne reverras plus cette Bonne Espérance,

Les îles Sous- le- Vent, le port de Singapour

Mouvances de soleils sur tes chemins d'amour,

Ni sillages d'argent sous la lune qui danse...

 


tahiti-0007

 

 

 

 

Il ne te reste rien que vague nonchalance

Du marin que tu fus, et le coeur troubadour,

Laisse ta solitude au goémon du jour,

L'océane rumeur à ses convois d'absence...

 


Stromboli01-copie-2.jpg

S'empennent à l'oubli les flancs du Stromboli,

Ciel lourd de Liverpool, baisers de Napoli,

Gondoles de soupirs, Venise de jeunesse...

image-venise-gondoles

 

 

Mais  tu persistes à voir, ce n'est pas sérieux!

Quand scintille une larme en quête de tendresse,

Tout l'or de Manhattan dans le noir de ses yeux...

 


oeil.jpg

 

Joseph AMOROS

Revue "VERTET"- Montréal- juin  1985

 

 

Prix  du Jury hors- concours du sonnet " Mare Nostrum" 1982.

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REGRETS
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 13:49

 

77qqf70p

 

Ne rêve pas si haut des jours qui ne sont  plus

Que vols de goélands en leur bohème errance,

De coques au soleil, de voiles en partance,

Ni de chagrins d'amour à jamais révolus...

 

Ne marche pas si loin sur les sentiers perdus

Que balaye le vent de ton adolescence,

Tu ne percevrais rien dans le pesant silence,

Que soupirs de ton coeur à d'autres confondus...

 

Mais reviens agrandir le cercle de famille,

Et puiser un regard dans les yeux de tes filles

Où danse un arc- en- ciel d'une exquise beauté...

 

Et laisse pour toujours à leur mouvant sillage,

Toutes ces larmes d'or qui n'ont plus de rivage

Aux couchants éblouis de ton nouvel été!

 

Joseph AMOROS

 

1er Prix de Poésie Néo-Classique- Salon des Poètes de Lyon


Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur