Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 15:49

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "tempête en mer"

 

 

Mes horizons fuient sous la foudre

Tout près des orgues de la mer,

J'attendrai l'haleine du jour

Qui me rappelle mes vingt ans,

Debout sous le fouet du vent...

 

Ivre de ressacs et de houles

Je me hisse au plus haut des mâts,

"Alors, qu'on souffle à mon oreille,

Que je sache d'où viennent les vents !"

La mer de babord à tribord

Semble vouloir nous renverser...

 

Sur les sommets des vagues

Se perdent les mâtures...

Je sens la tempête se lever !

 

"Fermez les hublots et les cales !

Le temps se couvre tout à coup !

 

_ A la cape ! A la cape ! "

 

Le Bosco hurle à tue-tête

Et la mer s'ouvre béante

Quand mugissent la coque et les mâts...

Un lourd brouillard nous prend au piège,

Le bateau court sur son erre,

Et je ferme les yeux pour prier...

 

" Guide mon Dieu nos pas

Sur nos chemins perdus..."

 

Que viennent des ombres d'azur

Sur le velours du firmament...

De célestes fontaines

Coulent sur les couleurs du temps...

Je vais des coursives aux ponts

Pour visiter tout le navire...

 

De l'ivresse confuse

Aux mémoires des foudres,

Des vertiges infinis

Nous font tourner la tête...

Le pont se dérobe sous nos pieds...

 

Et puis se lève enfin le jour,

Un jour aux becquées de lumières...

Que Saint Joseph du Havre

Sauve nos coeurs de nos dérives

Et que nous revenions au port

Que nous avions quitté...!

 

Qu'importent  aujourd'hui

Toutes nos illusions,

L'ombre de nos tristesses

Et la fuite des ans...

 

La mer m'appelle,

Le vent m'emporte,

Mon coeur explose

dans un cri !

 

Le Havre nous ouvre les bras ...

 

 

                                Joseph AMOROS

                                  22 mai 2016

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 12:18

 

 

Résultat de recherche d'images pour "CAPRI ROCHER DES SIRENES"

 

Le coeur à l'ancre de la mer

Du temps béni de mon enfance,

Dans l'ombre sombre et le silence

de mes nuits chères à mon sommeil...

 

Je rêvais que j'étais marin !

Je n'oublierai jamais ce temps ...

 

Aujourd'hui...

 

Je m'abreuve de ces souvenirs

L'étreinte intime de mes joies

Et de mon être,

Jusqu'aux abysses de mon âme.

L'écume blanche des rivages

Me semble devenue étrangère

Et son parfum également

Mais j'adorerais aller plus loin

Dans l'Atlantique et dans l'Indien !

 

Oh !  Solitude de la nuit,

Jeter l'ancre et accoster

Dans tous les ports de la planète;

Cette mer que j'ai tant aimée

Et qui depuis millions d'années

Chante, danse éternellement

Aux quatre vents de l'Univers

Sur ses horizons infinis...

Houleuse, calme et agitée,

Parfois cruelle, capricieuse,

Mais je l'ai tellement connue

Sur mon premier navire,

Embarqué à l'âge de seize ans

Que je pense toujours à elle,

Ma fascination, mes peurs,

Mon courage dans les tempêtes...

 

Les rêves de mes nuits

Sont souvent pleins de proues,

D'escales et de ponts,

De mâts, d'amarres et de haubans...

 

Les quais des ports que je connais

Me restent toujours familiers

Portent les traces de mes pas,

De mes sorties, de mes bohèmes,

d'ivresses intimes de mes joies...

 

Un seul regret

Croix de feu, croix de fer,

Sur ce premier navire,

Le Tanker Ship "Eagle"

De la War Shipping  Administration

Pendant la guerre en 45...

 

J'ai cru entendre des appels

Angoissés de sirènes

Sur le gaillard d'avant,

(Et je crois que j'étais le seul)

Sans en parler au capitaine...

 

Quant à ce trésor dans mes mains

Trouvé en me promenant

Sur une plage de Capri,

D'or, de rubis et topaze,

Qui semblait tombé d'un nuage,

Comme un mirage s'est envolé

Tout près du Rocher des Sirènes ... !

 

Et quand je ralliai le bord

Et racontai toute mon histoire

Au réfectoire cejour-là,

Je fus la risée de tout l'équipage !

Et toute la ville de Naples le sut...

 

Mais je préfère ne plus en parler !

 

 

                                                  Joseph AMOROS

                                                  Lyon 16 mai 2016

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 19:53

 

 

 

Que tout le temps qui passe

Reste dans la lumière

Et que des toisons d'or

Couvrent notre chemin...

 

Mais que le ciel est grand

Lorsque tombe la nuit

Dans ses jardins d'étoiles !

Et que la lune est belle

Au coeur du firmament !

 

Dans toutes les baies de l'espace 

Courent des archipels d'or,

D'ombres chinoises, mais encor,

Coursiers d'orages infinis

D'une immortelle beauté...

 

M'arrêter dans le temps

Sous la voûte étoilée

Ne conduira jamais

Mon âme dans les ténèbres...

 

Au vent des souvenirs

De quais déserts et sans clarté

Je cherche la lumière

Sur les ailes du temps

Comme un messager

De promesses...

Et je me surprends à vouloir

Dévaler les courants des sources

De mon âme...

 

Mais guette ton coeur à la dérive

Comme dans tes premiers matins

Et danse sur le fil des jours

Au Nord, au Sud de notre amour,

Des anges nous habitent toujours...

 

Mais ouvre toutes les serrures

De plénitude de tes moments

De lassitude

Et de tes nuits d'espoir...

 

Dans le miroir de l'eau

Je ne sais qui je suis

Et cependant je vis

Sur les vagues des mots

Comme dans l'écho d'une musique

D'une très ancienne symphonie...

 

Dans les sillons du soir,

De rêves poudrés de neige,

Un phare s'allume à l'horizon

Alors que dans notre regard

L'espoir de la vie et l'amour

Ouvrent mes bras à l'espérance...

 

Guette ton coeur à la dérive

Comme dans tes premiers matins

Et danse sur le fil des rêves...

 

Demain viendra le jour,

Ce céleste Infini

Que je ne connais pas...

 

Mais je vous appelle à ma joie !

 

 

                                     Joseph AMOROS

                                       13 mai 2016

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans REVES- INSPIRATION
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 16:52

Résultat de recherche d'images pour "écriture sur le sable"

 

 

Que tout le temps qui passe

Reste dans la lumière

Et que des toisons d'or

Couvrent notre chemin...

 

Je t'écrirai un jour

Sur le sable des plages,

Les yeux levés au ciel

Et leurs larmes d'amour...

 

Alors mon coeur s'égare,

Mais aussi mon esprit,

Ivre de Poésie, je cherche l'espérance

Et je ferme les yeux

En écoutant la mer

Couleur de brume et d'émeraude...

 

Mais que le ciel est grand !

Lorsque tombe la nuit

Dans ses jardins d'étoiles,

Et que la lune est belle

Quand elle fait naufrage

Au bout de l'horizon...

 

Dans les reflets de l'aube

Se lève le soleil,

Mes rêves au long-cours

Aux caresses d'automne

Qui sentent bon la mer,

Ses marines odeurs...

 

Comme les heures passent

Dans les cadrans du temps

Où comme grains de sable

S’égrènent les amours,

Qu'on ne retrouve plus

A l'ombre de chagrins

Baignés de solitude...

 

Aux croisées de ma route,

Rescapé d'une errance

Aux pâles certitudes,

Je marche à pas de loup,

Pour écouter le vent

Siffler dans les mâtures,

Les déferlantes sur le pont

Et leurs giclées d'embruns...

 

Souvenirs de moments magiques

D'émotion et de tendresse,

A l'heure rouge du couchant,

Ce vol sublime de goélands,

Quand je pense à la mer d'Iroise,

Que j'ai tant aimée autrefois !

 

J'écoute en passerelle

Une corne de brume,

La barre dans mes mains,

Les mots au bout des lèvres

Où j'attends toujours mes rêves :

 

Ce long baiser de toi

Que je porte en mon coeur ...

 

 

                                    Joseph AMOROS

                           5 mai 2016

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 07:36
Carte postale de Belgique
Carte postale de Belgique
Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 17:35
Dansons sous la lune

 

 

A toi, Papa,

 

Cette symphonie

Pour bercer ton âme

Au gré des rêveries

Qui dansent sous la lune,

En vagues de  poésie...

 

Elle nous emporte aux confins de l'Univers

Là où les pensées s'envolent

Vers l'Infini et touchent 

Au sublime des beautés de la Vie...

 

 

Mystère profond de nos coeurs

Qui battent à l'unisson de ton Amour...

 

 

Quel plus beau merci

Que de t'offrir

L'émotion de nos mots,

Te  dire combien on t'aime

Pour tout ce que tu es,

 Pour tout ce que tu dis,

Et ce que tu écris

Au fil de ta plume.

 

 

Elle qui saisit les souvenirs que tu offres

En cadeau

Dans le livre de nos mémoires.

Nostalgie du Passé

Que nous gardons précieusement

Comme trésor enfoui

Au secret révélé...

 

 

Alors poursuis ton chant

Et dansons sous la lune,

 

Au pays des merveilles,

De tes contes de fées,

De voyages lointains,

D'aventures exaltées...

 

Tu transformes le Monde

Et tu  nous fais rêver...

 

 

 

 

                               Ghislaine

                                  29 avril 2016

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 17:34
Pirates des sept mers ...

 

 

Je n'ai jamais été pirate,

ni Pitaine sur le "Royannais "

Sans drapeau noir frappé d'un crâne

Ni tibias à ses côtés...

 

Mille sabords ! Et surtout pas

D'un grand pirate des Sept Mers,

D'île au Trésor ! A la bonne heure !

J'en ai jamais vu la couleur

Jusques aux quatre points cardinaux...

 

Le ciel s'embrase à l'horizon

Sur des nuages vagabonds,

Mes yeux s'enfoncent dans la nuit

Et toutes les étoiles brillent

Avant ce jour qui ne vient pas...

 

La mer est vaste comme le Monde,

La Terre, les Déserts, l'Univers,

Aussi grands que sont les amours...

Pas de paradis sur la terre,

Et certains frôlent les enfers.

J'implore les cieux et les dieux,

Ne jamais y mettre les pieds...

 

Quant aux bouteilles à la mer

Je n'en avais jeté que douze

Avec messages et adresses

Sans aucune réponse en retour

Et pour cause !

 

J'avais quitté mon beau pays

Avec ses années heureuses

Sans qu'un poisson se soit pressé

D'avaler une de ces bouteilles

Vides de coca et de messages,

Jeté la nuit par-dessus bord...

 

Une baleine, un requin?

Mystère...

 

Et c'est parce-que je suis tombé

dans une fosse de purin

A la base de Kouribga ( Maroc)

Pendant mon service militaire

En 1949

Pour rapporter à mes amis

Des cigarettes américaines

Dont pas un n'avait profité !

 

Je prenais quatre douches

Tous les jours,

En me prédisant "Bonne chance!"

Qui d'ailleurs ne s'est jamais manifestée

Sur ce bateau...

 

Si mois d'aventure en Méditerranée,

Les cales pleines de cigarettes embarquées

A Tanger sous les regards

bienveillants des douaniers...

 

Tanger, Huelva, Marseille, La Valette,

Ancona, Civitta Vecchia, Gênes,

Gibraltar ( en rade) un mois)

Et retour à Tanger...

 

Où mon ami et moi quittions le bord clandestinement

Le capitaine nous ayant abandonnés

sans avoir réglé nos salaires

de six mois.

Après notre visite au Consul de France

A Tanger 

Pour être rapatriés sur Oran.

A l'avenir, j'éviterai de mettre mes pieds

Dans le purin !

 

Aujourd'hui,

Mon coeur est source de vie,

Le soleil valse dans mes yeux,

Et l'océan de ma jeunesse,

Oublie les couleurs de l'aurore

Qui s'ouvrent aux lucarnes du Temps...

Dans le creux de ma nuit de rêves

S'effacent toutes mes tristesses,

Alors qu'un seul rayon de lune

Enchante mon regard...

Un infini bonheur

S'empare de ma plume

Qui part à l'aventure

Au gré de tous les vents...

 

Des poèmes d'azur

Sommeillent dans ma tête

Mais si, de grâce, dans un sourire

Vous tombiez sur un drapeau noir,

Frappé d'un crâne et deux tibias,

Je saluerai la brise

Que cet azur m'inspire,

Et qui me servira...

 

                         Joseph AMOROS

                       27 avril 2016 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans HUMOUR
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 15:09
Je cueillerai le jour

 

Je cueillerai le jour

Où je t'ai rencontrée,

Escale après escale,

Jusqu'au bout de mon coeur,

Et ma mémoire heureuse

Chaque instant de ma vie...

 

Je guiderai mes pas

Sur tous nos souvenirs,

Avec mes calices de joies

Et mes cantiques d'Espérance...

 

La mer est ma lumière,

Tes yeux mon seul trésor

Dans la flamme éternelle

De notre grand amour...

 

Et si luisent tes yeux,

Je sourirai sur eux,

Les miens remplis de larmes,

Mon coeur contre le tien,

Mes lèvres sur tes lèvres,

Et la douceur d'un Ange

Qui me parle de toi...

 

Il ne me reste rien

Des enfers de la mer

Noyée de brumes et de pluies,

Ivre de vagues et d'écumes,

De clartés, d'ombres, et de lumière...

 

Et dans le fond de ma mémoire,

Centaine de ports inoubliés

Dans l'écrin de mes jours heureux,

Revêtus de tendresses

Et l'odeur des embruns

Qui frissonnent au vent...

 

Des carrosses d'étoiles 

S'allument au couchant.

J'entends des souffles d'espérances

D'où monte un chant d'éternité

Aux mille lyres de chagrin ...

 

Laisse chanter mes rêves

Sous les baisers du vent

Quand les couloirs du Temps

S'ouvrent aux matins clairs ...

 

Je voudrais au croissant de lune,

Mettre le cap sur une étoile,

Où mes sillages m'accompagnent,

Dans ces ports dont je garde

A jamais les regrets,

De ces lointains rivages,

couleurs de gratte-ciels

Que je connais déjà.

 

J'aurai le coeur

Chargé de lunes et de soleils,

Sur mes haubans de solitude...

 

_ Matelots, fermez vos hublots,

Et ne regardez pas la mer!

 

Sous l'ouragan des souvenirs

Qu'importe, j'ai vécu

Dans le roulis des vagues,

Ton amour

Au fond de mon coeur,

De ma vie,

Et de toute mon âme ...

 

 

                                               Joseph AMOROS

                                                  17 AVRIL 2016      

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans AMOUR
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 18:12
Le premier matin du monde

 

J'aurais aimé voir se lever

Le tout premier matin du monde

Comme si le ciel tombait sur moi

Dans solitude la plus complète

Et cette aurore à l'infini

Où pas un homme ne m'a croisé...

 

J'étais tout seul sur mon chemin,

Pas un oiseau qui vole au ciel,

Sur une terre de pierres et sable,

Sans chats, sans chiens et sans limaces,

Une boule de feu à l'horizon...

 

Sans le moindre écho d'une voix

Qui me livrerait son nom...

Occupé à chercher une illusoire fontaine,

Ou une bienveillante pluie,

En attendant une caverne,

Que sais- je encore, un simple trou

Où je pourrais bien m'abriter

Avant que ne vienne la nuit.

 

Ma tête couverte de blanches étoiles

Au plus fort de ma rêverie

Qui devenait bientôt cauchemar...

 

L'heure se faisait magicienne

Et mes yeux s'ouvraient à mi-clos...

Je poussai un long cri:

 

"C'est pourquoi ? "

 

Et me rendormai aussitôt.

Je ne savais plus où j'étais...

Dans les Sargasses

Ou le Triangle des Bermudes?

L'une et l'autre me font peur :

La mer ne bouge pratiquement pas

Et les navires font du sur place...

Pas un brin de vent dans nos voiles...

Pour s'en sortir, Croix et bannière !

 

Dans le Triangle ? Absences d'épaves,

Et de nombreuses disparitions

D'avions, navires, embarcations,

Intriguent et n'ont d'explications...

 

Boules de lumières, étranges nuages

Mythe des trous de temps, d'espaces,

Présence d'une vie extra-terrestre?

Intelligence d'une autre planète?

 

Si je mettais  barre à zéro?...

Que je plonge dans l'eau des écrits

Et verse les pensées qui m'obsèdent?

 

Passe le temps, passe l'orage

La lune est pâle, le ciel est gris,

Mais reste encore sur ton sillage

Tes rêves d'or sont pour la nuit...

 

Les vagues atlantiques

Que flagellent les vents

T'invitent à retrouver

Tes "soleils de longs- cours"...

 

 

                                                             Joseph AMOROS

                                                        10 avril 2016

   

                                       

 

 

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 17:02

 

 

Résultat de recherche d'images pour "mers el kebir"

 

 

Dans le bleu infini

Du jour qui vient de naître,

J'ai rêvé cette nuit

Du pays d'où je viens

Couleur d'azur et d'arc- en- ciel

Qui sentait si bon la lavande

Et les pinèdes ombragées

Du Murjardjo, de Santa Cruz

Et la chapelle de la Vierge

Qui semble me tendre les bras...

 

Splendides vues sur mon village,

Sur la rade qui porte son nom :

Mers- El-Kébir

( Le Grand Port)

Et à perte de vue, la ville d'Oran,

Ses rues, ses avenues, ses places

si familières,

Son port et ses longs quais

Qu'escalent de nombreux navires

Cargos et paquebots,

Le front de mer, la cathédrale,

Rue de la Gare et Saint-Eugène

Où nous avions vécu...

La promenade de l'Etang,

Et son magnifique jardin,

Propice à tous les amoureux...

Faut bien que jeunesse se passe !

 

Oran, dans toute sa splendeur

Me couvre de tendresse,

Parfums de coriandre et de menthe

Montent encor à mes narines,

Et je ferme les yeux

Et j'ai le coeur qui bat...

 

Alors je vole comme un oiseau

Sur la ville et ses environs,

Mais reviendrai sur mon village

Pour poser une rose

Où se trouvait jadis le jardin de mon Père,

Et entendre ses pas qui se joindront aux miens

dans ce cher port de pêche

Où séchaient ses filets,

Avant d'aller ensemble,

Les lèvres en prière, à l'ombre des cyprés

Où dorment nos tendresses...

 

Et quand je partirai,

J'arroserai de larmes

Le sol de mon enfance...

 

                                                Joseph AMOROS

                                               2 Avril 2016 

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur