Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 13:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De mon sommeil

Jusqu'aux matines

Le jardin du Bonheur

Me livrait ses secrets,

En ces dimanches

De fleurs nouvelles

Où mon père les entretenait

Et ce jardin, je m'en souviens

Me rappelait une légende

Qui avait toujours existé:

 

Un arc-en-ciel de mots

Me demandait asile

Sous les fouets du vent,

Tandis que des ombres captives

Qui emplissaient la nuit 

Atteignaient les étoiles,

Sur des chemins de houles

Prises aux vrilles du temps

Qui traînaient dans mes souvenirs...

Lorsque je n'avais que treize ans...

 

Aujourd'hui dans mes rêves

Qui n'ont plus de mémoire,

Je n'entends plus sonner

Les cloches de mon église

Et j'écoute les pins

Qui s'adressent à moi :

 

" Oublie les vents de la mer,

L'incessante insolence

Du silence des voix..."

 

Sur les rives de l'oubli

Des palanquins de mots

Emplissent ma mémoire...

Et des larmes de pluie

Coulent comme fontaines

Aux sources de la vie...

 

Je marcherai vers le soleil

Malgré la distance et le temps

Ce jardin de lumière

que chérissait mon père 

N'existe plus aujourd'hui,

Mais mon coeur bat toujours

Sous les coulées de cette terre

Qui vit tout au fond de mon âme...

 

 

                                 Joseph AMOROS

                                  15 décembre 2016

 

                    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph Amoros - dans FAMILLE
commenter cet article

commentaires

Patricia 18/12/2016 13:21

Le souvenir des lieux de notre enfance, des couleurs, des sentiments ne peut s'éteindre .... Il est sublimé avec un "je ne sais quoi de magie", patiné par le temps.
Merci d'avoir ouvert les portes de ce jardin extraordinaire, tiens encore ma main et allons à la rencontre de ces arcs en ciels de mots que seuls les cœurs sensibles peuvent entendre.
Je t'aime mon papa chéri

Nicole 16/12/2016 17:48

Comme j'aurais aimé m'y promener dans ce jardin extraordinaire. Tes évocations provoquent en moi des sensations de bien être, je suis des yeux les mille et uns papillons et les multitudes d'abeilles qui devaient butiner les magnifiques fleurs que notre grand-père chérissait. Des senteurs embaument mes narines, le soleil réchauffe ma peau. J'ai même entendu tinter les cloches de l'église. Pendant quelques instant, tu m'as transporté là-bas dans le jardin bien-aimé de ton coeur et du mien. Merci papa chéri !

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur