Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 18:12
Le premier matin du monde

 

J'aurais aimé voir se lever

Le tout premier matin du monde

Comme si le ciel tombait sur moi

Dans solitude la plus complète

Et cette aurore à l'infini

Où pas un homme ne m'a croisé...

 

J'étais tout seul sur mon chemin,

Pas un oiseau qui vole au ciel,

Sur une terre de pierres et sable,

Sans chats, sans chiens et sans limaces,

Une boule de feu à l'horizon...

 

Sans le moindre écho d'une voix

Qui me livrerait son nom...

Occupé à chercher une illusoire fontaine,

Ou une bienveillante pluie,

En attendant une caverne,

Que sais- je encore, un simple trou

Où je pourrais bien m'abriter

Avant que ne vienne la nuit.

 

Ma tête couverte de blanches étoiles

Au plus fort de ma rêverie

Qui devenait bientôt cauchemar...

 

L'heure se faisait magicienne

Et mes yeux s'ouvraient à mi-clos...

Je poussai un long cri:

 

"C'est pourquoi ? "

 

Et me rendormai aussitôt.

Je ne savais plus où j'étais...

Dans les Sargasses

Ou le Triangle des Bermudes?

L'une et l'autre me font peur :

La mer ne bouge pratiquement pas

Et les navires font du sur place...

Pas un brin de vent dans nos voiles...

Pour s'en sortir, Croix et bannière !

 

Dans le Triangle ? Absences d'épaves,

Et de nombreuses disparitions

D'avions, navires, embarcations,

Intriguent et n'ont d'explications...

 

Boules de lumières, étranges nuages

Mythe des trous de temps, d'espaces,

Présence d'une vie extra-terrestre?

Intelligence d'une autre planète?

 

Si je mettais  barre à zéro?...

Que je plonge dans l'eau des écrits

Et verse les pensées qui m'obsèdent?

 

Passe le temps, passe l'orage

La lune est pâle, le ciel est gris,

Mais reste encore sur ton sillage

Tes rêves d'or sont pour la nuit...

 

Les vagues atlantiques

Que flagellent les vents

T'invitent à retrouver

Tes "soleils de longs- cours"...

 

 

                                                             Joseph AMOROS

                                                        10 avril 2016

   

                                       

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseph Amoros
commenter cet article

commentaires

nicole 15/04/2016 20:46

Ah, mais J'ADORE ! Ce premier homme a existé et c'est la première fois de ma vie, en lisant le début de ton poème que j'ai pensé être à sa place et voir cette aube se lever à l'horizon ! quelle projection ! et la réalité m'a rattrapé comme dans ton récit où tu devais chercher abri ! tu joues de la frontière entre rêve et cauchemar avec une facilité déconcertante. Mais n'est-ce pas ça la poésie, pouvoir voguer au gré de ses envies et ne plus tenir compte des chemins conventionnels.

Claire 11/04/2016 21:40

Très joli poème quelle imagination ! Bravo mon Pépé. Gros bisous

Ghislaine 11/04/2016 19:56

Magnifique poème à nouveau Papa ! Mais le rêve ne devient-il pas quelque peu cauchemar, en effet?... Etre à la naissance du monde, oui, c'est tentant, à condition que nous ne soyons pas tout seuls. On s'ennuierait ! C'est sans doute d'ailleurs ce que le Bon Dieu a dû se dire pour avoir inventé et créé l'homme, non?

Présentation

  • : Le blog de Joseph Amoros
  • : Un voyage poétique à travers le monde des souvenirs du marin poète Joseph AMOROS. Poèmes, récits, nouvelles et contes pour vous faire rêver et vous divertir !
  • Contact

Profil

  • Joseph Amoros

Mon livre d'or

  Thank you for signing my visitors' book!

      LIVRE d'OR2

Montages filmés et LIENS

 

               Le Livre de Patricia

                   Son site !

 

                Sur l'Ardoise du vent...

 

               La plage des Fous  (film)

 

               Poème lu par mon arrière-petit-fils

               sur des photos de la Réunion

 

                   Conte de Noël de Nicole et Nicolas
 
     

Date de création

14 novembre 2011

Géomap

Visiteurs

compteur

géoglobe


compteur